Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 11:15

Soulom, 12 juillet, 14h. Michel et moi nous élançons dans la vallée du gave de Cauterets. Le temps est idéal, quelques nuages, juste ce qu’il faut pour égayer le ciel. La première rampe surprend et puis c’est plus facile jusqu’à Cauterets, station thermale. Peu de monde pour un long week-end. Les cascades se succèdent. La route s’élève à un bon pourcentage puis s’accentue encore dans une enfilade de lacets très serrés, dont le revêtement est refait à neuf, avant la zone touristique du Pont d’Espagne. Il faut encore grimper, accompagné du bruit du torrent et de quelques rares véhicules. Notre ascension est ponctuée de quelques haltes. C’est le premier contact avec les Pyrénées cette année. Enfin le parking ; pas encore complet, mais pas mal de véhicules qui sont mieux ici que sur notre route. Un grand bâtiment barre la vallée ; c’est le départ d’une télécabine vers le Lac de Gaube. Ici démarre le Parc Naturel des Pyrénées et s’arrête notre montée à vélo. Pointage BPF à l’accueil, quelques instants pour scruter les cimes environnantes. Notre grimpée aura durée trois heures, dix-neuf kilomètres et 950m de dénivelé. Nous sommes à 1456m d’altitude. Le retour sera plus facile jusqu’à notre hébergement, sur le gave, l’hôtel du Pont, au rapport qualité prix imbattable et avec en prime l’amabilité du propriétaire.

Pont d'Espagne - Gave de Cauterets (65)
Pont d'Espagne - Gave de Cauterets (65)Pont d'Espagne - Gave de Cauterets (65)
Pont d'Espagne - Gave de Cauterets (65)Pont d'Espagne - Gave de Cauterets (65)
Pont d'Espagne - Gave de Cauterets (65)Pont d'Espagne - Gave de Cauterets (65)

Pont d'Espagne - Gave de Cauterets (65)

           Le 13 juillet. Nous avons évité la circulation et la fraicheur matinale depuis Luz St Sauveur en partant de Gèdre. Il fait soleil. La montée vers Gavarnie commence, pas très difficile. Le soleil inonde les Cimes. Notre progression est bonne. Notre-Dame des neiges veille sur notre arrivée à Gavarnie. Le pointage se fera au retour ; nous obliquons à droite et, dès la sortie du village, la route s’élève sévère. Première halte pour contempler le cirque. Après trois quart d’heure d’effort, les Espécières, la station de ski est traversée non sans avoir marqué un nouvel arrêt, en admiration devant la beauté des paysages. L’ascension est encore longue avant le parking du Col de Tentes 2215m. Nombreux sont les troupeaux dans les pâtures. Arrivée au parking du col des Tentes dans un cadre somptueux. Après le parking plus de véhicules ; une bande étroite de bitume nous laisse rouler, tandis que de nombreux randonneurs se lancent vers la Brèche de Roland. Huit cent mètres plus loin, fin du bitume, de gros rochers barrent le passage. Un mince espace s’ouvre vers un sentier au milieu de la caillasse et des blocs dévalés de la montagne. Un couple à VTC nous accompagne. Les randonneurs ne semblent pas surpris de notre présence ici. A peine une demi-heure plus tard une large entaille dans la montagne marque la frontière avec l’Espagne ; nous sommes au port de Boucharo 2273m. La vue de l’autre côté est magnifique tout comme la vue sur le col de Tentes et la vallée des Tourettes. De nombreux animaux sont dispersés dans les rochers. Après la pause pique-nique c’est le retour, par le même chemin. Halte au col, pour aller vers le Lac au pied du Pic St André à travers les pâturages. Puis ce sera la descente du retour ; avec quelques regrets de ne pouvoir profiter plus longtemps de la vue grandiose. Peu avant Especières, c’est une marmotte qui traverse devant ma roue, me causant une belle frayeur. Elle s’arrête à peine, un peu plus loin, comme contempler l’effet de sa farce. Retour à Gavarnie ; la foule à envahie la vallée qui mène au cirque. Nous nous engageons jusqu’à la limite du cyclable. C’est magnifique ! Le cirque est encore maculé des dernières chutes de neige. Tampon BPF au retour puis descente vers Gèdre où nous fêtons notre grimpée.

Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)
Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)

Gavarnie, Col de Tentes, Port de Boucharo (65)

         Troisième jour. 14 juillet. Le temps est incertain ; afin de ne pas trop retarder pour notre retour vers le Lot, nous décidons une approche vers Hautacam. Artalens sera notre point de départ. Une bruine envahit le paysage, le brouillard masquera bientôt la route. Pas besoin d’y voir pour se rendre compte que la pente est forte. Tout à gauche, le poncho se mouille autant dedans que dehors. Les panneaux nous indiquent la progression, ce n’est pas du rapide ; mais ça avance. Le brouillard se dissipe et les premiers rayons de soleil apparaissent. La vallée est sous la ouate. Bientôt, Hautacam, son parking, ses télésièges et ses premiers camping car, sans doute en attente de la venue du Tour dans quatre jours. Content d’être là, mais ce n’est pas fini pour nous. Après la traversée du parking la pente repart pour deux kilomètres puis de nouveaux, un parking, un télésiège, un observatoire et de magnifiques vaches gasconnes. Nous sommes au Col de Tramassel 1616m. « Passez sous les câbles des télécabines » avait dit l’aubergiste. Nous rejoignons, sous le soleil la piste qui mène vers le Col de Moulata. Une courte grimpée de forte pente, nous emmène sur une crête rocheuse. Quelques mètres, en contrebas, sur la droite la Courade de Macausau. Nous remontons la piste empruntée par quelques randonneurs. Après un bon kilomètre, la piste dévale vers le col de Moulata. Là quelques véhicules ont avancé des randonneurs qui partent plus loin à pied, vers les lacs. Nous prolongeons cet instant. La vue est imprenable vers le sud comme vers le nord. Seuls quelques nuages au dessus d’Isaby nous empêchent de voir le Pic du Midi. Nous n’avons plus envie de repartir. Photos, regards fixe sur ces belles Pyrénées, rhododendrons, troupeaux épars, larges échancrures dans le bleue du le ciel ; l’heure avance, il faut partir ! Une courte montée vers le Pic Moulata nous conduit sur la piste empierrée. La descente se fera silencieuse ; ponctuée de quelques arrêts photos ; Artalens est déjà là.

 

Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)
Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)
Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)
Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)

Hautacam, Col de Tramassel, Col de Moulata (65)

          Ce fut un week-end délicieux pour trois grimpées magnifiques, exigeantes mais pas trop, pour peu que le temps ne soit pas notre adversaire. Merci à Michel, compagnon idéal et ami cyclotouriste s’il en est. Cette escapade est une invite traditionnelle de nos week-end du 14 juillet et chaque fois la magie opère, cette fois, la montagne en plus.

Partager cet article
Repost0

commentaires