Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 14:56
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 10:59
Jean-Paul Larroque

      Il y avait ce dimanche 22 octobre, une journée Souvenir, en hommage à Jean-Paul Larroque, cyclotouriste Albigeois, trop tôt disparu en haut du Port d’Aula.

Nous n’étions que deux, au départ de Salvagnac, pour rejoindre l’Isle-sur-Tarn lieu de la Concentration. Le Ciel déroulait de gros nuages noirs, tandis que quelques rayons de soleil, peinaient à atteindre le sol. Cette atmosphère donnait une lumière particulière aux paysages des coteaux du Tarn. À St Sulpice la Pointe nous sommes aux bords du Tarn. Par une petite route nous longeons la rivière, discrète derrière les feuillages. À Coufouleux, malgré les rayons de soleil, la pluie, fine et persistance fait son apparition. Ce n’est qu’après Loupiac, que nous retrouvons le soleil. Après avoir traversé le Tarn à nouveau nous voilà à L’Isle sur Tarn. Tandis que nous filons vers le point de rendez-vous, un peloton coloré aux visages connus, nous invite à le suivre. Le lieu de rendez-vous est déplacé pour cause de météo incertaine.

Au départ de Salvagnac

Dans un local quelque peu bruyant, nous retrouvons des amis cyclotouristes. Pour certain c’est notre seule rencontre de l’année, d’où l’importance d’être là. Discussions, échanges, la rencontre est amicale. Vient ensuite le mot de Bienvenue d’Éric l’organisateur, et de Steve, le nouveau Président du Codep du Tarn. Le verre de l’amitié se poursuit par le pique-nique tiré du sac, soit dans la salle, soit à l’extérieur avec quelques timides gouttes de pluie.

Au milieu des labours

Il est l’heure de reprendre la route, bises et poignées de mains, terminent cette amicale rencontre. Nous repartons par les coteaux, le soleil nous accompagne malgré un vent pas très chaud.

Les coteaux du Tarn ensoleillés

Nous reconnaissons quelques lieux de la Randonnée du Gaillac Primeur, visités il y a quelques années déjà. Entre labours et vignes colorées, nous rejoignons Salvagnac, sans encombre au terme d’une randonnée très agréable de soixante kilomètres.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 08:12
Les cyclos prêts au départ

 

 

Cyclotouristes, marcheurs, ils étaient près de 70 participants pour l’édition 2017, du Souvenir Eugène Nègre, ce dimanche 15 octobre à Maxou. Dès neuf heures, alors que l’organisation était bien en place, les cyclotouristes, profitaient de la météo clémente pour effectuer une balade en peloton autour du village de Maxou, passant par Catus et la vallée du Vert. Les marcheurs et les vététistes ont randonné sur les chemins aux couleurs automnales. Un troisième groupe plus dispersé, effectué leur venue à Maxou à vélo.

 

Venus du Lot, Lot et Garonne, Tarn et Dordogne ils ont témoigné leur fidélité au fondateur du cyclotourisme Lotois et leur attachement à cette manifestation organisée par le Groupe des Cyclos Randonneurs Flâneurs, sous l’égide du Comité Départementale de Cyclotourisme du Lot.

En tenue d'époque aussi !

 

Après les activités sportives, le dépôt de fleurs au pied de la stèle Eugène Nègre, Michel Ponchet, Président d’honneur du Comité Départemental FFCT, retraçait le parcours du fondateur du cyclotourisme Lotois et remerciait les participants de leur fidélité et de la fraternité qui règne autour de cette manifestation.

 

Hommage à Eugène Nègre

 

Entouré du Président de Cahors Cyclotourisme, Roland Mangin et du Vice-Président du Codep, Stéphane Marinèche, les remerciements allaient aux organisateurs, organisatrices et nombreuses petites mains qui avaient confectionné, agapes, repas et desserts. La municipalité de Maxou ne fut pas oubliée, sans qui cette journée ne pourrait avoir lieu dans sa forme actuelle.

 

L'aligot

 

Le repas

 

Le repas amical se prolongea dans le début d‘après-midi, alors que quelques-uns repartaient chez eux à vélo sous le soleil. L’ensemble des participants se promettaient de revenir en 2018 à Maxou, pour la prochaine rencontre.

 

 

Souvenir Eugène Nègre - Toutes les photos

Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Souvenir Eugène Nègre à Maxou
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche
Autres photos de Chantal Bouyer - La marche

Autres photos de Chantal Bouyer - La marche

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 07:01
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 17:05
Au départ de Gramat

Ce dimanche 8 octobre était organisée une journée de clôture à Carlucet, petit village du Causse. Nous sommes partis de Gramat, Suzanne, Guy, Anthony et moi. La température est plutôt froide ; six degrés à peine. Dès le départ ce sont de petites routes, tranquilles et pleines de charme. Les premiers rayons de soleil traversent les feuillages encore verts,  des arbres. Après Rignac c’est le château de Roumégouse qui nous salue, du haut de son promontoire.

Le Château de Roumégouse

Plus loin, à Rocamadour, deux montgolfières ornent le ciel de leurs couleurs. Notre halte sur le parking de l’Hospitalet nous offre une belle vue sur la cité mariale coloré par le soleil. Dans la descente des canyons de l’Alzou, le paysage est grandiose, sans pour autant réchauffer l’atmosphère. Ce n’est que vers les Vitarelles et les Mazuts que nous gagnons quelques degrés en même temps que du dénivelé. Les routes sont désertes, du côté de Bonnecoste, hormis quelques 4x4 de chasseurs. Vers onze heures et demie, nous arrivons à Carlucet, lieu du rassemblement. Quelques marcheurs, quelques autres à VTT, mais peu de cyclos sur la route. L’ambiance est agréable, malgré un repas un peu long.

Ce n’est que passé quatorze heures que nous reprenons notre route. La température est maintenant agréable. Passé les premières difficultés, la route dégagée entre Dague et Lunegarde, offre une vue panoramique sur le Causse central.

Le choeur de l'Eglise de Lunegarde

À Lunegarde, nous faisons halte à l’Église pour admirer les fresques qui ornent le chœur. Passé Reilhac, c’est à Gabaudet que nous faisons halte. Ce lieu chargé d’histoire(s) passé et plus récente mérite une pause. La route se faufile à travers Causse, entre les murets de pierres sèches. Alternant montées et routes plates nous atteignons Issendolus, ou se déroulait aujourd’hui un évènement religieux : la procession de Sainte Fleur.

Procession de Sainte Fleur (Photo Daniel A.)

 Sainte Fleur est née en 1309 à Maurs dans le Cantal (Auvergne). Elle entra à l’âge de 14 ans, en 1323, dans l’ordre des Hospitaliers de Jérusalem,  situé dans l’hôpital de Beaulieu hameau d’Issendolus. Elle mourut en 1347, à Issendolus, d’où la procession annuelle qui lui est dédiée. Cet évènement eut comme spectateur notre ami cyclo Daniel, qui passant en cet endroit le matin même, figea la scène.

La route se poursuit par l’ancienne voie romaine, chemin de St Jacques vers Conques. Le bitume a disparu, mais la castine en bonne état permet un roulage facile d’autant qu’il n’y aucun relief. Nous rentrons à Gramat en traversant l’Alzou et profitant de l’accueil sympathique de notre camarade Marie-Louis empêché par une forte douleur au genou.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 10:16
St Joseph des Bancs - La place du village

De ma fenêtre, le Mont Vernadel du haut de 768 m, offre ses rousseurs au soleil couchant, tandis que son voisin la Serre de Pivachier est verdoyant. Nous sommes à St Joseph des Bancs, pour une semaine. Avec ses 140 habitants, l’équipement communal est complet. La chambre est petite, mais le gîte est spacieux, le personnel, serviable et attentionné. Notre séjour s'étale sur une semaine du 23 au 30 septembre, il est organisé par l'Association Cyclotouriste Bagnacoise (46).

Le Mont Vernadel

Le premier tour de pédale est à destination de Vals-les-Bains. Il ne faut rien oublier en ces contrées. Si les distances sont faibles, les routes sinueuses augmentent sérieusement le temps de parcours. À vélo, ce sont plutôt les dénivelés qui nous ralentissent. Hélios le chien d’un habitant du hameau nous accompagne, malgré nos protestations. Deux jolis cols dès le départ, puis c’est la vallée de l’Oize que nous suivons. Le retour par la planche de Gourdon, les cols de la Fayolle et celui du Pet de l’Aze nous offrent des panoramas colorés au soleil couchant.

Départ au petit matin
Vals-les-Bains
Le château de Boulogne

Jour 2. On repart dans le même sens, mais la vallée est différente, Le ruisseau de Bize nous accompagne jusqu’au village du poète Jean Ferrat : Entraigues sur Volane. La place est encore décorée du passage de la dernière course pédestre. Le musée décoré au visage de l’artiste, atteste bien de sa résidence en ce lieu. Les doux cols d’Aizac et de Moucheyre n’occulteront pas la redoutable grimpée vers Lachamp-Raphaël. L’accueil à l’épicerie du hameau est à la hauteur de l’effort : agréable, conviviale, et commerçante. Bob est à la manœuvre, rien ne manque, et les forces sont reconstituées. La fin de parcours nous fera bénéfice des cols de Mézilhac, Quatre Vios, Lichessol, Miraud et ses 21% pour Michel, puis les panoramas des cols de la Fayolle et de Peyrille.

Genestelle
Entraigues-sur-Volane - Patrie de Jean Ferrat
Massif du Cheylard entre Labastide-sur-Bézorgues et Lachamp-Raphaël

 

Troisième jour, on prend les mêmes et on recommence, Peyrille, Fayolle puis on continue vers l’est. Col de la Croix de Creyseilles, du Coulet, puis du Moulin à vent jalonnent notre route. Le groupe file en direction des Ollières-su- Erzyeux, tandis qu’avec Suzanne, ma compagne du jour, nous rejoignons Cordon Blanc et le col de Lavayas. La descente de ce dernier col bien que tout en enrobé de qualité, et ses pentes à 12 à 16 % effraie Suzanne. C’est donc prudemment que nous atteignons le pont d’Anzène, du nom de la rivière qui coule dessous. La vallée profonde offre une température plus chaude. Nous pique-niquons contre le mur ombragé d’une demeure typique. La montée vers le col de la Fayolle par St Julien du Gua est corsée, mais notre rythme modéré, limite nos efforts. Le soleil accompagne nos derniers kilomètres vers St Joseph.

La Serre du Puy près du Col de Lavayas
Dans la vallée de l'Anzème

Quatrième jour ; c’est jour de repos et visite pour le groupe. Je profite de cette journée pour aller quérir le BPF du Col de la Machine (26) au départ de St Jean-de-Royans. Les cols se succèdent dans la longue ascension dans la Montagne de l’Echarasson. Col de la Croix, Pionnier, Portette, puis Taillebourse sont ceux franchis avant la descente vers la station de Lente et du Col de la Machine. Première déception la route de la Combe Laval est fermée. Même après négociation pas moyen de passer. Je retourne à l’Auberge, inaccessible pour fermeture hebdomadaire. Je vois une personne déambuler, c’est la patronne de l’établissement, qui gentiment me rapporte le tampon précieux sésame de ce lieu. Je prends mon temps et me restaure avant l’ascension vers le sommet de la Montagne de l’Echarasson et le col du même nom. Passé le col la route descend fortement, et m’oblige à une dernière montée pour rejoindre le Col de Gaudissart et un peu plus haut le dernier goulet objet de travaux. La descente vers St Jean sera longue et pentue mais avec sept cols et un BPF au compteur, cela a été une bonne journée.

Le Col de la Machine - Combe Laval (Drome)
La Combe Laval
La vallée de la Lyonne - Pays de Royans (26)

 

Cinquième jour : Nous partons de Mézilhac, c’est un point haut et nul ne doute que le retour sera musclé. Une longue et fraîche descente nous mène au Cheylard par les cols des Fourches et du Vazet. Je laisse mes compagnons pour aller quérir le col du Coulet. Pas très élevé avec ses 582m, mais la pente est ténue avec ses 12 à 15%, sur un kilomètre. Je serai désormais seul, pendant près de 20 kilomètres en pente douce pour retrouver mes camarades au Lac de St Martial. Le pique-nique est réparateur, et le site reposant. Les eaux du Lac reflètent le village dans ses eaux calmes. C’est ici que débute vraiment la montée vers le Mont gerbier des Joncs. Neuf kilomètres soutenus mais réguliers. Quelques-uns ont pris le café à St Matial ; ils nous rejoignent avant le sommet. Le « Gerbier » se fait voir bien avant le bout de montée. Le ciel voilé, laisse ressentir une certaine fraicheur. Les boutiques, les cols de l’Ardéchoise, et les sources multiples de la Loire occupent l’espace. Bob négocie le « Merlot » à un bon prix, ce soir ce sera fête au gîte. Le groupe se scinde en deux, les uns regagnant le gîte à vélo, les autres plus contemplatifs, profiteront du retour du soleil, le long de l’épine dorsale des Monts d’Ardèche et ses couleurs mordorés.

Route en fôret du côté du Col des Fourches 1091m.
Le château de la Chèze au Cheylard
Le Lac et le village de St Martial

 

Sixième et dernier jour. Le départ est déporté à Pourchères  La vallée du Mézayon est froide ce matin, la descente se fait prudemment. Au Pont des Chèvres, elles sont bien là et pour suivre le groupe j’esquive la photo. À Privas, la traversé est laborieuse. Le manque d’espace rend la circulation intense. Ce n’est que rejoint le ruisseau de Paste et Belon que la route devient plus paisible. Nous sommes dans la montée vers le Col de Benas et le village de Freyssenet. La pente tranquille, la vue sur Privas et le ruisseau Bayonne en font une montée agréable. Nous retrouvons le groupe au sommet, que je quitte aussitôt pour le plateau du Coiron où deux nouveaux cols m’attendent : St Martin et Fontenelle. Retour solitaire et tranquille avant de prendre la route du massif de Montargue et de la Prade. La vue est dégagée, les pâturages jaunis, seules les éoliennes donnent de la vie au lieu. Au col du Goulet de la Soulières j’appelle mes compagnons. Ils pique-niquent au Col de l’Escrinet, que je pense atteindre facilement. Une longue et douce montée me fait contourner la crête de la Blandine avant la descente sur le col. Il fait beau, le vent léger accompagne mon repas. Par la D104, je rejoins le Col de l’Arénier avant de faire demi-tour pour atteindre la route de Pourchères et le Col de la Pierre de Faux. Mes compagnons ont déjà filé vers St Joseph des Bancs qu'ils ont décidé de rejoindre à vélo. La descente au milieu des « fayards » se termine en belle montée vers le village de Pourchères.

A l'écart du circuit sur le plateau du Coiron
Une partie des 17 participants.

Avec trente-sept cols dont certains grimpé plusieurs fois, voilà un séjour Montagne qui porte bien son nom et nous à fait parcourir une magnifique région.

Ainsi s’achève une belle semaine, en bonne compagnie, dans un lieu agréable, une organisation parfaite et des paysages sublimes.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 10:34

Les CRQ: Guy, Marie-Louis, Jean-Louis, Michel, Rolande, Thierry

10 septembre :

      Randonnée Causses et Vallée à St Sozy. Partis dans le brouillard frais du matin ils étaient sept des Cyclos Randonneurs du Quercy, à s’élancer de Martel vers St Sozy à vélo. D'autres avaient choisis la marcheau départ de St Sozy. Après les modalités d’inscription, les circuits traversaient le Causse de Martel de la vallée de la Dordogne au Lac de Chasteaux en Corrèze. Le temps clément devenait agréable au cours de la matinée. Pour notre groupe, après une halte ravitaillement à Gignac et une autre au moulin du Pech d’Eoule (Gignac), nous avons dévalé vers Estivals puis rejoint l’Hôpital St Jean en passant par Cressensac. Agrémentée de larges panoramas vers l’Auvergne et le Limousin, la route fut plus facile jusqu’à la vallée de la Doue. Il a bien fallu remonter vers Martel par la côte de Murlat. C’est vers treize heures que le groupe s’est réuni chez le Président des Cyclos Randonneurs du Quercy pour partager, le pot de l’amitié et le pique-nique alimenté par chacun des participants. D’autres membres du club avaient choisi la marche, proposée par le club organisateur. À cette occasion nous avons enregistré l’adhésion de Jean-Louis, désormais membre du club. Merci à tous de votre participation.

 

 

17 septembre :

     Randonnée entre Veyre et Célé, au départ de Bagnac-sur-Célé. Peu de monde à cette belle randonnée, sans doute dû, à une météo capricieuse. Je quitte Bagnac sur Célé vers 8h. Après la rencontre de deux charmantes biquettes bien bavardes, j’aborde la première difficulté. Dans la montée vers Felzins, au bénéfice de mes arrêts photos, je suis rejoint par trois connaissances, Lucien, Raymond et Françis. Nous resterons ensemble jusqu’au ravitaillement d’Asprières. Auparavant nous aurons traversé le Lot, pris quelques gouttes de pluie, et escaladé la montée vers Asprières.

 

Mes compagnons de la matinée

Les préposés au ravitaillement ne sont pas débordés. Tandis que mes compagnons optent pour le circuit B, je file vers Capdenac par le petit circuit. Je continue donc à grimper tranquillement, une vilaine douleur récurrente à la cuisse ne m’autorisant pas d’excès.

 

Ravitaillement copieux

Après Capdenac, « l’axe » reste fréquenté, et c’est avec plaisir que je bifurque à nouveau vers Felzins. La vallée est sympathique et la montée pas trop difficile. Après St Jean-Mirabel, la route est agréable bien que ressemblant à un toboggan. Je descends vers la vallée du Célé avant de grimper à nouveau vers Linac terme du circuit matinal et lieu du repas.

 

Du côté de Felzins

 

Le Château de Puy Launay

Après-midi, trois vélos attendent dans la cour de l’école. La pluie à un peu faiblie. Nous ne serons sans doute que deux ou trois à retourner à Bagnac à vélo pour la clôture de la randonnée.

Du haut de Montluc, les brumes décorent les vallées et les monts du Ségala, les vaches pâturent impassibles.

Les Brumes sur le Ségala et la vallée du Bervezou

J’imprime encore deux ou trois souvenirs et je m’engage dans la descente, vers la vallée du Veyre, deuxième nominatif de cette randonnée. Ces deux vallées Veyre et Célé sont sans aucun doute très jolies, mais aujourd’hui c’était « Entre » et la fraicheur et l’humidité avaient gagné les coteaux.

La traversée du Veyre

Le balisage de la rando a été parfait, la météo plutôt clémente, mais le dénivelé ne laissait aucune chance aux non-initiés ou aux débutants. 1120 m pour 58 kilomètres, autant dire que l’on a tout son temps pour admirer le paysage. Vers seize heures, le pot de clôture, affichait cependant les mines réjouis des quelques courageux participants.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 08:07

La désormais traditionnelle sortie montagne, a vu neuf cyclotouristes des Randonneurs du Quercy, sillonner le Massif des Monédières, ce dimanche trois septembre. De Corrèze, ils ont suivi la rivière éponyme. En passant par Sarran, une halte surprise chez un ami cyclo mis du cœur à l’ouvrage pour atteindre Bonnefond près du plateau de Millevaches. De Pradines, une rude montée leur à permit d’atteindre le Col de Lestards (856m), lieu du pique-nique, avec en point de mire les Monts du Cantal et du Sancy.  Une visite à l’église St Martial de Lestards, au toit de chaume a séduit les cyclos.

Le retour de l’après-midi conduisait le peloton au Col des Géants (824m) puis au Col du Bos (809m) situé au pied du Suc au May. Des hautes futaies aux verts pâturages où paissent les troupeaux de vaches limousines, c’est sous le soleil et par les routes bordé de bruyère, que le groupe faisait halte à Chaumeil, patrie de Jean Ségurel et Jean-Baptiste Billot. Visite de l’église et de son porche du 15é s.

Par St Augustin et quelques côtes bien senties, les Cyclos Randonneurs du Quercy, terminaient leur randonnée à Corrèze par la visite du village. Les mollets marqués par l’effort et les sourires sur les visages témoignaient de celle belle journée au pays des milles sources.

Pique-nique au Col de Lestards

Pique-nique au Col de Lestards

L'église au toit de chaume,  St Martial de Lestards

L'église au toit de chaume, St Martial de Lestards

Du côté de Bonnefond

Du côté de Bonnefond

Le porche de l'église de Chaumeil

Le porche de l'église de Chaumeil

Une équipe au sommet de sa forme

Une équipe au sommet de sa forme

Partager cet article
Repost0
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 17:53
Partager cet article
Repost0
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 12:21
Partager cet article
Repost0