Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 09:00

 

 

DSC03000Ils étaient treize, au départ de Gigouzac, pour rejoindre Luzech, lieu du rassemblement départemental de clôture cyclotouriste de la saison 2014. Parti en pente douce dans la vallée du Vert, la pente vers l’oppidum de Luzech  réchauffa les cœurs et les mollets. Seule la chapelle de l’Isle sut réconforter nos cyclotouristes, avant la rencontre à la salle de la Grave. Verre de l’amitié, et paëlla embarqués, la vallée du Lot fut notre route jusqu’à Espère. Calamane, Boissières et le Mas de Camp furent nos points de passage avant de rejoindre, la terrasse de « Régine » à Gigouzac. Le soleil inespéré, baigna de sa tiédeur automnale cette fin de journée, où cyclotourisme et amitié firent encore une fois très bon ménage

 

Clic sur le lien pour voir les photos

 

Cloture-Luzech-2014 Cloture-Luzech-2014

Repost 0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 08:59
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne
Belle randonnée d'automne

Belle randonnée d'automne

Repost 0
Published by - dans ALBUMS
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 16:01

DSC02450

Françis

Ils étaient une douzaine au départ de Labastide-Murat ce 24 août. Les petits villages du Lot traversés, sont au nom de Beaumat, St Germain du Bel-Air, Concorès, Degagnac….. Déjà la fraîcheur du matin s’estompe. Le soleil gagne en intensité et les manches longues gagnent les sacoches. Des nouveaux sont bien présents, Jean et Françis en particulier. Ce dernier connaît bien les petites routes du coin. C’est donc naturellement que le groupe prend la direction de la vallée de l’Ourajou cher à notre ami René du club de Salviac. La route est facile, la vallée verdoyante et la troupe joyeuse. Sauf que notre ami Françis, se rappelle de son ami Jean-Claude habitant Gindou. Nuance sur le circuit, une bonne côte nous emmène à Gindou, où Françis en panne de mémoire nous fait faire toutes les bosses du coin, au milieu d’un village qui fête son cinéma, au milieu des chapiteaux, des cinéphiles, des vedettes et des réalisateurs. Comme un bon vieux film, Françis déroule la bande de cyclos dans les rues du village. Mais où donc habite Jean-Claude ? Comment demander à des gens qui ne sont même pas d’ici ? Un vrai film comique jusqu’au moment où enfin un habitant du village lui indique la direction du Mas de Peyre, à trois pas des affiches grand format vantant la gloire des frères Dardenne. Jean-Claude affairé aux bons soins de ses ânes, nous accueille avec surprise et enthousiasme.

DSC02456

Au mas de Peyre

Depuis le temps qu'il nous disait de passer le voir.  Voilà Françis, Jean-Claude, et la bande de CRF revisitant le temps passé autour d’une bonne bouteille de rosé. Bientôt midi passé, il faut repartir. L’Ourajou sera notre compagne jusqu’au pied du village de Thédirac. C’est Catus qui nous accueille pour le pique-nique habituel. Fort de cette matinée bien passée, avec en prime la rencontrer avec Bob l’intrépide, le déjeuner se passe bien. Retour maintenant vers Gigouzac où une halte est prévue « chez Régine ». En route de nouveaux CRF viennent à notre rencontre. Marie-Agnès et Michel grossissent le groupe. Halte à Gigouzac,

DSC02461

Chez Régine

Régine a les petits yeux fatigués des veillées festives du village. Revigorés, nous voilà repartis pour Lamote-Cassel qui fait craindre une belle bosse à nos amis venus à notre rencontre.  Il n’en est rien affirme, Michel, chef de file improvisé qui s’enfile dans la seule rue étroite du village indiquant le chemin à prendre. Mal lui en a pris, dès la dernière maison laissé de côté la route qui oblique à gauche, prend des airs de pente à dix pour cent. Personne ne dit mot, lorsque Michel invite à la contemplation, la vitrine départementale du vingt et unième siècle où s’entassent pêle-mêle une multitude d’objet hétéroclites. La vitrine tient bon mais le placage décoratif quitte le monument…. Que restera-t-il de ce témoignage qui n’a pas encore vécu une génération….

 

Par la route fréquentée sur cinq cent mètres, nous voilà dans les derniers kilomètres de cette ballade. L’arrivée est dignement fêtée avec le clafouti de Martine, et la bonne bière de Michel. On tarde à se quitter tellement on est bien, puis on finit par se promettre de recommencer à la première occasion. Ainsi va la vie, comme au cinéma !!!  

Repost 0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 15:59
Album - Labastide 08-2014
Album - Labastide 08-2014
Album - Labastide 08-2014

Album - Labastide 08-2014

Repost 0
Published by - dans ALBUMS
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:38

 

DSC00627

 

Bob, l'intrépide des CRF à encore frappé. Après quelques périgrénations dans les brevets de longue distance, notamment le brevet de 300 km de Cahors, le revoilà dans une sortie lotoise, à Gourdon précisémment, en compagnie de ses amis CRF. Bob était bien au départ, mais il est venu à vélo de sa vallée du Lot. Parti bien avant le chant du coq, il s'en est retourné au son de l'angélus ! 

Avec sa verve et son patois gévaudanais, il nous conte sa journée, émaillée de belles bosses et d'un accueil chaleureux chez Josette et Jean-Claude.


Le mélange des langues devrait vous permettre de tout comprendre !

Les photos de la journée   :::   Gourdon-2014 Gourdon-2014


 

"Bonjorn a tot lo mond,

Une belle journée Crf ! 
Un soleil pas trop chaud, un parcours dans la campagne sur de toutes petites routes, bordées par une grande variété par d'abres tel que : de garrics, de castanhas, de bès, de faus, de noguièrs, de pibols, de fraisses , e meteis un Fraïsse de Besièrs amb " un polit bilhon" , le casse-crôute rillettes, amb lo vin de Caurs , les variantes Crf  , avec une première  ascencion en guise d'échauffement à Pairinhac, et le final sur Gourdon, longue et bien pentue, où lo Fraïsse avec ses trémas, a fait dans le zig et le zag quelques mètres de plus, que tout le monde ! Ensuite par  un bon azimut millimétré de l'arpenteur del Truc de l'Òme , nous sommes tombés pile-poil sur l'arrivée !
Nous restait à  affronter le point fort de la journée de la rando, avec la sévère montée à la Vergnole...en voiture " per lou despartina" chas la  Jauseta e lo Joan Claudi .
Après 3h d'un solide  ravitaillemment, j'ai pu reprendre la route, sans crainte de tomber en hypo...Mais miladiou que mes jambes étaient lourdes dans la petite montée sur Gourdon !
Je suis arrivé à Duravel au moment où sonnait l'angélus ; pris une bonne douche, et l'apéro avec une cousine e ma femna... Abans de torna prene mon despartina del vespre ! 

Adieu-siatz e al còp que ven.

lo Bòb. 
Ajuston : per la traduccieu anatz sobre lo siti " panOccitan.org " ."
Repost 0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:24
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Album - Gourdon-2014
Repost 0
Published by Pilou - dans ALBUMS
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 07:35
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.
Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.

Week-end itinérant en autonomie à travers trois départements; Lot, Corrèze et Dordogne.

Repost 0
Published by Pilou - dans ALBUMS
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 07:24

 

Samedi 10 Mai : 85 km

Martel, Cressensac, Gare de Gignac, Estivals, Le Sort, Larche, La Rivière de Mansac, Mansac, Brignac-la-Plaine (pique-nique), Perpezac le Blanc, Ayen, St Robert, Badefols d’Ans, Hautefort, St Agnan (Gite de la Charttreuse et Hotel des Voyageurs)

 Le départ dès 9h se passe bien. Première halte à Estivals sur le Causse Corrèzien. Larche est traversé sans encombre. A l’entrée de la Rivière de Mansac, les travaux autoroutiers ont bouleversé le paysage et les carrefours. Une erreur de parcours nous fait grimper à Mansac, joli village perché. Nous rejoignons Brignac-la-Plaine pour la pause déjeuner, après une visite sympathique à l’épicerie du coin. Le temps est frais mais sans pluie. Après le réconfort, l’effort ! Il faut se hisser à Ayen, en laissant le Puy d’Yssandon sur notre droite. Ayen perché sur son promontoire domine la région. L’église Ste Madeleine semble esseulée depuis la disparition de la halle qui la jouxtée au XVI siècle. Deux tables d’orientation y sont installées. Nous décidons la visite de celle plus à l’ouest. La pente est sévère et finit par mettre à terre notre grand Michel. Pas trop de mal tout de même pour un regard circulaire sur ce coin de Corrèze où séjourna Claude Michelet. Nous repartons vers St Robert où nous visitons l’Eglise. Ce fut aussi le lieu de tournage du film « Des Grives aux loups »

Badefols d’Ans nous accueille dans son pays, avant Hautefort. Visite à l’office du Tourisme pour le pointage BPF d’Anthony. Nous évitons le musée de la Médecine est ses instruments de torture. Quelques « coustals » nous mènent autour du château où séjourna Eugène Leroy (Jacquou le Croquant).

Dimanche 11 Mai : 85 km

St Agnan, Nailhac, Châtres, Beauregard, Le Lardin, Condat, St Geniès, Salignac, Eyvigues, Eybène, Bourzolles, Lamothe-Timbergues, Souillac, Baladou, Martel

 Levé sept heures, un petit tour chez le boulanger, pour constater que la nuit à été humide. Les troupes sont en forme. Après le rangement et ménage, nous voilà sur la route de Nailhac en passant près de l’étang du coucou. La route s’élève doucement, comme pour nous montrer que Hautefort n’est que sur une petite hauteur. Les biches détalent lors de notre passage. Châtres pointe son clocher, comme une cathédrale bien connue. Beauregard mérite bien son nom, en dominant la vallée de la Vézère. Condat sera notre halte ravitaillement avant d’emprunter la vallée de la Chironde, qui nous mène à St Geniès. Après avoir tenté en vain la visite de la chapelle, c’est au « Rancar » que nous ferons la pause apéritive. Le marché bat son plein lorsque nous gagnons l’aire de pique-nique pour notre repas de midi.

Après la pause de Pierre, nous reprenons la route vers Salignac. Le temps se fait menaçant, et déverse sa colère sur nous, sur les hauteurs d’Eyvigues. Si cela fait plaisir à Michel P qui en profite pour tester un prototype de bavette pour garde-boue, cela ne manque pas de générer une crevaison pour Michel L, qui devra délester sa monture de tout son attirail avant de procéder à la réparation de la roue arrière. Fernand, piaffe son impatience devant un ciel chargé de nuages noirs. Mais c’est finalement avec quelques rayons de soleil que nous gagnerons Souillac, puis Martel, accompagné par Pierre, qui veut encore prolonger ces deux journées de cyclotourisme itinérant.

  Itinérance en Pays d'Ans 2014 Itinérance en Pays d'Ans 2014

 Les Crf en action

Repost 0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 15:58

 

DSCN1508Les grands baroudeurs cyclos montagnards riront certainement de ce qui va suivre mais en ce qui me concerne, moi homme des plaines, je ne suis pas prêt d’oublier.

    En aout 2008 je me suis rendu dans le nord de l’Espagne avec Pythéas, ma randonneuse, les routes d’Espagne me fascinent, ces paysages désertiques sont extraordinaires et le dépaysement est total, cela faisait la 4ème fois que je m’y rendais et il est certain que j’y reviendrai, mais !

    Au 5ème jour de ce voyage, je franchis les Pyrénées en partant du camping d’Arette dans les Pyrénées atlantique, village qui fût détruis d’un tremblement de terre en 1967, pour le col St.Martin à 1800 m, frontière franco- espagnole, il pleut, il fait froid et la neige tombe à 2000 m. Hésitation, les prévisions ne sont pas bonnes pour les 3 jours qui suivent. Côté espagnol ce n’est pas mieux, Navarre et Aragon sont sous la flotte. Alors que faire ? Et bien comme la plupart d’entre vous l’auriez fait, je me jette sur les 26 km à 12 % et 15 % ; je transpire sous la cape, je suis en nage et le temps est très frais. A trois reprise je songe à faire demi-tour ; oui mais voilà : et mon voyage ? Dois- je l’annuler ? Je continue doucement, très doucement, les bornes défilent lentement 19 km 18 km 17 km… Je marque de nombreux arrêts et marche un peu dans les passages à 15 % histoire de ne pas trop transpirer, que dal. En plus du crachin il y a un épais brouillard, nos amis cyclos pyrénéens savent de quoi je parle ; mais enfin bon sang ! «  Ce n’est quand même pas le K2 en hiver par la face nord en espadrilles Nom de D… ! » Je me crie à haute voix. Bien entendu je finis par arriver au carrefour de St.Martin et prend à droite direction l’Espagne, le col est là et le panneau indique 1800 m alors que sur la carte il est marqué 1785 m. Le brouillard est très épais, cela me fait pensé au sketch de Fernand Reynaud dans son baptême de l’air, alors qu’il se trouve dans le brouillard. «  Je ne sais pas si vous avez déjà entendu un brouillard à couper au couteau mais là avec une hache on n’y serait pas arrivé » Et c’est sur cette route en travaux que je glisse en Espagne. Je suis en sueur et passe du chaud au froid, je suis trempé de la tête aux pieds, la cape est mouillée dessus comme en dessous. Je m’arrête dans un tunnel pour mettre une veste, miraculeusement restée au sec dans une sacoche, un foulard et me voilà redescendant avec les pieds trempés, les jambes noircies par les patins qui n’adhèrent plus à la jante, je ne sens plus mes doigts, mes pieds vont bientôt devenir des glaçons, bon sang dans quelle galère me suis-je embarqué ? Je ne vais tout de même pas descendre à pied ? C’est alors que pendant un court instant qui aurait pu être fatal, le froid me transit et sans me rendre compte, je commence à fermer les yeux. Put..... !! Je suis en train de m’endormir. Réveille- toi ! Je m’arrête, respire un bon coup et repars. Plus je descends, plus le froid disparaît et je commence un peu à me réchauffer. J’arrive dans le village d’Isaba en Navarre, entre dans un salon de thé et commande un grand café con leche avec un énorme napolitano de chocolate, un grand pain au chocolat, comme on les trouve en Espagne, je tiens la tasse des deux mains et savoure sa chaleur, les clients doivent penser à un charbonnier à voir mes jambes noircies, je suis dans état lamentable et décide de ne pas trop traîner ici donnant une mauvaise image du cyclotouriste à tous ces braves gens si bien habillés, nous sommes quand même le 15 août. Miracle en sortant Hélios fait son apparition et me réchauffe le visage, que c’est agréable, il ne me quittera plus les 10 jours suivants qui m’amèneront à Saragosse, le sud de l’Aragon, le nord de la Catalogne jusqu’à Ripoll où je refranchis les Pyrénées par La Molina, Puigcerda avant de plonger en France à Latour de Carol. DSCN1510

    Je ne tire aucune gloire  de ce passage dans les Pyrénées, comme vous devez le penser mais une fois de plus je me suis convaincu qu’à vélo avec persévérance et volonté, récompense et bonheur seront toujours là, au bout de la route et je suis certain qu’avec nos randonneuses nous atteindrons un jour, comme le disait Jacques Brel, l’inaccessible étoile. 

 

Pierre, Crf 

 

Repost 0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 13:47

DSC00017Sortie cyclo au départ du Bourg

 

Si la journée s’annonce belle, le vent s’est invité, froid et violent; il sera de notre compagnie jusqu’à midi. Il est à peine huit heures et demie, lorsque le groupe s’élance en direction de Lacapelle-Marival. A St Céré, halte petit-déjeuner au marché. Pendant que quelques un dégustent pain au raisin et chocolatine, les dames en compagnie de Fernand, filent vers la grosse difficulté de la journée : la côte de Fraysihnes. Ce n’est que peu avant Sousceyrac, que le groupe se reforme au complet. Sous l’impulsion de Fernand, concepteur du parcours, les haltes sont rares et courtes. Après le Pas des Aubigniés (654m) c’est la descente vers Sénaillac-Latronquière. C’est au restaurant de Bel Air, que Guy, en quête de truites nous a réservé la table. De truite, il n’y en aura point. La table sera bonne, le vin exécrable, le temps trop long, l’ambiance bonne et le prix raisonnable. Sitôt quitté  Odette et Paulette qui nous avaient rejoint pour l’occasion, il faut remonter à Latronquière. Toujours dans la roue de Fernand, le groupe se scinde en deux. Je reste avec Suzanne et Viviane, tandis que le groupe de tête file jusqu’à Lacapelle-Marival lieu du regroupement général pour les derniers kilomètres. Une belle journée, rafraîchie par le vent, qui nous aura permis d’effectuer quatre-vingt kilomètres dans le Ségala lotois.

Repost 0