Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 16:04

 

En route pour le Puy Mary

   Depuis trois semaines déjà, la neige de début octobre, avait recouvert le Puy Mary sous ses 1783 m d’altitude. Le Pas de Peyrol, plus bas a été fermé depuis le 28 octobre. Mais il faisait trop beau ce 4 novembre. Je proposais donc à Vincent, qui ne l’avait jamais gravi d’aller faire un tour à la montagne. Anthony, lui avait gravi plusieurs fois ce col avec sa randonneuse, mais il était fortement motivé pour escalader notre géant local avec sa rétro-directe, qui ne comporte que deux développements.

 

Dix heures, ce dimanche, nous voilà au pied de la difficulté, bien habillé, trop même ; nous le sentirons rapidement ; il fait 8° au thermomètre de guidon. Le soleil pointe le bout de ses rayons dans la vallée de la Jordanne, et donne de l’éclat aux hêtres qui n’ont pas encore tombé toutes leurs feuilles.

 

 

La rétro-directe en action

   Dès les premiers hectomètres, un cycliste est en réparation un peu avant Benech ; il nous indique ne pas avoir l’intention de grimper le col. À Rudez, c’est le dernier habitant du hameau, qui n’en croit pas ses yeux, de voir un vélo avancer dans une côte, dont le cycliste  pédale en marche arrière. Nous croisons le ruisseau de Bonnefous, peu avant le départ de la piste qui mène au col de Rombière. Il faut vraiment nous découvrir. Les premiers kilomètres de l’ascension nous ont bien réchauffés. Peu de temps après, sous le pic de Gindrou et ses 1340m, nous sommes encore dans les bois ; la barrière ferme complètement la route, seul un étroit passage laisse passer piétons et cyclistes. La montée se fait tranquille, dans un calme absolu. La rétro-directe donne quelques signes de mauvaise humeur ; la chaine saute plusieurs fois de ses pignons, obligeant Anthony à de fréquents arrêts. Ce phénomène ne s’était produit auparavant que de rares fois. Heureusement le cycliste connaît parfaitement sa mécanique.

 

 

Incident de parcours

À la sortie des bois, nous sommes sous la barre des Fours de Peyre Arse et la brèche de Roland est au-dessus de nous. Les minuscules cascades qui alimentent le ruisseau des Embords ne coulent pas beaucoup. Il en sera de même de celles qui alimentant le ruisseau de Mary, qui ne laisse entrevoir qu’un mince filet d’eau malgré les dernières neiges. Quelques bandes de cette neige s’étirent le long de la route, tantôt dans les fossés, tantôt calées le long des abrupts rocheux. Nous atteignons la côte des 1488m. La vue vers la crête du Puy de Chavaroche et du Redondet est magnifique. Le flanc de la montagne tacheté de blanc; la température est devenue agréable fleurtant avec les 14°, il est onze heures. Nous croisons quatre marcheurs chargés de leur bivouac, mais pas un cycliste en vue.

 

Pas trés loin du but

Au col du Redondet, le vent du nord s’engage sur la Roche de la Tête Noire chargée de neige ; l’air est nettement plus frais, malgré un soleil radieux. Le Pas de Peyrol est bien vue. Après la photo sous le panneau du col, nous reprenons la route. Cette fois de larges congères s’étalent sur la chaussée, obligeant de nombreux zigzags. À l’ombre il arrive parfois que la glace se cache sous la neige et donnent à mes compagnons, qui me devancent, de drôles de soubresauts les obligeant parfois à mettre pieds à terre. Leurs machines ayant des pneus plus larges que ceux de la mienne, ils arrivent à franchir les obstacles sur leur monture, tandis que je mets pieds à terre, ou plutôt pieds « à neige » !

Ça passe encore

La route en balcon, orientée nord, voit son bitume disparaître de plus en plus souvent, et de plus en longtemps sous la neige. Nous ne sommes plus très loin ; les derniers hectomètres seront ponctués de marche à pieds sur les talus bordants les parkings vides. Nous pourrons ainsi garder les pieds au sec, sauf pour moi qui ait largement enfoncer les miens lors de la photo au col de Redondet.

 

Décor de sommet

Nous voilà donc au Pas de Peyrol ; 1589m. Le site a fermé ses portes pour l’hiver et les vilaines poubelles ne côtoient plus le panneau du col. Le buron est en hibernation mais ses larges tables massives sont en place et nous offre ainsi un lieu idéal pour notre pique-nique. Un randonneur et son chien y sont déjà installés. D’autres randonneurs moins prudents se lancent dans l’ascension du Puy Mary alors que de larges et épaisses plaques de neige tapissent le chemin qui y conduit.

 

 

Les pieds dans la neige

Il fait beau, le vent est quasi nul et la température de 16° au soleil. Nous savourons cet instant et le privilège qui nous est offert. La vue sur la vallée du Claux et le cirque du Falgoux est superbe. Les faces nord du Puy Mary et de Peyre Arse sont bien enneigées, et quelques randonneurs nous saluent. Pique-nique presque terminé, deux ou trois bourrasques donnent un coup de frais, et emporte la casquette de Vincent. Après plusieurs minutes d’observation, il la retrouve, stoppée par la rambarde du buron, ouf !. Quelques nuages masquent le soleil ; c’est le signal de la descente.

 

Le Puy Mary
Le Puy de Peyre Arse

 

Au fond Le Plomb du Cantal et le Puy Griou

Nous cheminons à nouveau entre les congères, tandis que deux cyclistes bien décidés, arrivent eux aussi au sommet du col. Deux autres, croisé au début de zone neigeuse nous interrogent sur la possibilité de passer à vélo. Je leur répondis qu’avec prudence et quelques pieds à terre ils pouvaient espérer rejoindre le col tant convoité.

 

Le Puy Griou et le Griounou

De retour au col de Redondet et sitôt l’épingle à gauche franchie, la température redevient agréable malgré un léger vent de sud. Nous observons le Plomb du Cantal (1855m) et ses installations de télécabines en direction de la station du Lioran. Nous voilà parti dans une descente de douze kilomètres ponctué de  rares arrêts mais de nombreux ralentissements pour profiter un peu plus de ces paysages magnifiques. En fin de descente, dans les légers replats de Rudez et de Benech, la rétro-directe refait des siennes. Anthony finira en roue libre, en trainant sa longue chaine, au risque d’une chute ; la jeunesse à des préoccupations différentes des miennes.

Comment quitter ces lieux ?

Voilà donc un épisode heureux de la sortie cyclotouriste familiale du père, du fils et du grand-père, sur la route du Puy-Mary, un début de mois de novembre 2018. Cette sortie n’est pas un exploit loin de là, mais c’est une randonnée originale à cette époque de l’année, qui réserve encore de belles surprises.

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2018 2 02 /10 /octobre /2018 09:14

         Il ne faisait encore tout à fait jour ; les montgolfières s’élevaient dans le ciel du Quercy. Après avoir garé notre véhicule chez nos amis Henriette et Marie Louis, nous avons rejoint la salle des Fêtes de Gramat. La place était bien animée, les organisateurs affairés et bien prêt,  et les cyclotouristes, vététistes et marcheurs en palabre, avant de prendre le départ.

         Les amis des CRQ et CRF étaient nombreux : Henriette et Marie-Louis, Martine et Joël, Geneviève et Jean-Luc, Rolande et Guy venus à vélo depuis le Bourg, Michel, Martine, Roger et Régis qui nous ont rejoint en route, Claude et Martine de nouveau parmi nous, Daniel et Robert en solitaires, Viviane et Michel soit dix-sept participants.

        

Village de Rignac

 

Dès le départ, l’itinéraire nous faisait éviter la foule de Rocamadour, ses montgolfiades et son vide grenier. En compensation nous faisons un détour par le château de Roumégouse et arrivons par une belle petite route à Rignac. Les Montgolfières sont déjà hautes dans le ciel, que le soleil éclaire progressivement. 

 

 

 

         À Alvignac, c’est la pause ravitaillement offerte par les cyclos de Gramat. Nous y retrouvons bon nombre de cyclos et les bavardages vont bon train entre deux sandwiches ou tartines de confiture.

         La route de Padirac ne sera pas de tout repos, vallonnée à souhait. Martine D. la trouvera plus dure que nous, son frein avant ayant eu la fâcheuse position de s’incliner de telle manière qu’un de ses patins venait frotter la jante. Courageuse Martine que nous libérons dès la pause photo de son handicap.

La vie de Château (Padirac)

 

 La photo de groupe se fait devant le château de Padirac.

         Quelques kilomètres plus loin, les moins chevronnés prennent une route tranquille, sur les conseils de Guy, pour rejoindre notre lieu de pique-nique à Leyme.

 

 

 

        

Loubressac et son château

Par le petit hameau de Sarouil, nous arrivons à Loubressac. Le soleil est bien présent, mais les horizons sont brumeux de telle manière que nous ne profitons pas totalement des panoramas qui s’offrent à nous. À Segonzac je fais une halte photo ; en repartant je suis doublé par un peloton de coursiers bariolés qui dévalent vers Autoire à toute allure. À Autoire je retrouve mes compagnons de route qui redémarrent dès mon arrivée. Pas le temps d’admirer les toits de tuiles brunes et la jolie fontaine. Il fait chaud et je m’arrête poser le « bas ». Je trouve ces « cyclos flâneurs » un peu pressés. Je les rattrape dans la montée vers les cascades ; sauf les premiers qui faute de halte touristique, filent sur la mauvaise route ; ils en seront quitte pour la côte de Donnat.


         Nous ne serons que quatre à passer par les hameaux de Cavaroque et de Frouge et sa jolie côte dans les bois de chênes. En récompense nous finirons à    en descente et arriveront un peu avant « les fugueurs du jour » à Bagou, non loin des Grottes de Presque. Un peu avant St Jean-Lagineste Claude rejoint Leyme par la « pente douce ». Notre groupe aborde la dure montée de St Jean-Lagineste et à   découvre des panoramas magnifiques ; nous sommes au cirque de Trémenouze. Au Pilou les panoramas sont versant est, vers le Cantal proche, et une jolie route au milieu des sapins nous permet de rejoindre la D48. La pente est maintenant modeste pour rejoindre le faux Col du Pendit, lieu-dit Les travers, où nous ferons de nouveau une photo du groupe restreint.       

        

Départ de Leyme

C’est maintenant la descente jusqu’à Leyme, pour la pause pique-nique. Nous retrouvons tous les participants et Henriette et Viviane qui ont apporté la « mousse » réparatrice de nos efforts. Ce sont les Michel’s qui offrent le pot, merci à eux.        

         Il faudra deux tablées pour caser tout le monde, qui s’en plus attendre se restaure copieusement. Il faut dire que les premiers sont arrivés depuis un bon moment.

        

Il est un peu plus de quatorze heures, lorsque le départ est donné. Pas d’efforts immédiat ; la route descends pendant quatre kilomètres jusqu’à Aynac. Geneviève profite de cet instant pour nous faire part de la crevaison de sa roue arrière. Jean-Luc, bon prince s’affaire au plus vite pour réparer le destrier de sa princesse, avant que nous ne repartions.       

         Une dernière côte, chère à Marie-Louis, nous mènera à Saignes pour profiter une nouvelle fois des panoramas, entre causses et ségala.

Dans la plaine de Bio

Dans la plaine de Bio, dite aussi la prairie, la proximité de l’arrivée, attise la vitesse des cyclotouristes et je dois faire beaucoup d’efforts pour fixer les images de ces derniers kilomètres. Heureusement j’aurai ma revanche dans les « ranquets » des faubourgs, là où passe l’Alzou ;          endroit que choisi Marie-Louis, à son tour pour faire baisser la pression de sa roue arrière. Heureusement quelques coups de pompes lui permettent de rentrer à destination.    

 

      C’est autour d’une bonne table que se déguste la bonne tarte de Martine et la pression en guise de fête pour cette belle journée de cyclotourisme entre amis.

 

Cyclos Randonneurs du Quercy et Flâneurs réunis

Pilou, 30 sept 2018

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2018 2 10 /07 /juillet /2018 15:20

Martel, 7 & 8 juillet 2018

 

Fin prêt pour le départ

Le soleil dardait fort en ce début de week-end de Juillet, sur la cité aux sept tours. Les amoureux de la vieille bicyclette étaient au rendez-vous sous l’œil bienveillant d’Anthony en costume d’époque et maitre de cérémonie. Au parking Monti, les machines anciennes, rutilantes ou dans leurs »jus », sont scrutées afin de répondre aux critères de participation. Avant 1980, disait le règlement, limite pour certaines et mais plus que centenaires pour d’autres. L’accueil fut simple et sans flonflons sous les banderoles de la FFCT, le petit noir fut apprécié, et les retrouvailles des participants venus parfois de loin faisaient plaisir à voir.

Le boulanger de la rue droite, Martel, partenaire de l'organisation

Les pilotes « cyclotouristes dans l’âme », n’aurait pas laissé leur place. Les costumes étaient un peu chauds pour la saison, durant les longues montées vers la Vicomté de Turenne. Une pause au Moulin d’Antoine à l’Hôpital-St-Jean, permettait de souffler et de rencontrer Monsieur le Maire et l’historien du village. A Turenne ce fût un ravitaillemnt bien accueilli, préparé avec générosite par les Cyclos Randonneurs du Quercy. La route a offert ses pentes tantôt favorables, tantôt éprouvantes par-delà la Tourmente en partie corrézienne. À l’entrée de Collonges-la-Rouge la pause pique-nique se déroulât sous les ombrages et parasols dans une ambiance année 30, qui aurait eu sa place dans un tableau de Manet.

Rencontre sous la halle de Collonges-le-Rouge (19)

L’après-midi Collonges la Rouge fut visité sous le soleil réchauffant un peu plus la teinte rougeoyante des pierres de construction, rouge couleur marquante du site de la faille de Meyssac. Le retour se fit sous les ombrages des petites routes de la basse Corrèze jusqu’à la vallée du Vignon, situé en Quercy. C’est au Moulin de Paunac, que les cyclos furent acceuillis par Mr Crémoux pur une visite guidée et une démonstration de mouture. Attentifs les participants nombreux furent répartis en plusieurs groupes afin de profiter au mieux de cette visite. Le cadre enchanteur de la vallée du Vignon, dévoilait cependant quelques difficultés pour regagner Martel en fin d’après-midi où les attendait encore les organisateurs pour une pause rafraichissante bien méritée.

La bonne ambiance de la Rétro Quercynoise

Le soir l’organisation innovait avec un repas amical concocté par le Club des CRQ. Aligot et grillades au menu, permirent à tous de passer une soirée conviviale dans un espace agréable mise à disposition par la municipalité de Martel. « Bob » au fourneau et « Pilou » au braséro, l’intendance suivit pour les randonneurs affamés.

Le dimanche 8 juillet, deuxième journée de la manifestation était consacrée à une balade un plus courte vers la vallée de la Dordogne. Ce fut aussi la matinée qui mit en exergue le thème choisi des « forces de l’ordre ». Costumes de gendarmes, commandant de bord, ou bien garde-champêtre, la course poursuite pour attraper le prisonnier évadé, fut un moment d’anthologie, dans les rues du village.

Creysse en Quercy

Après la halte visite du joli village de Creysse, une dernière difficulté permettait à tous les participants de rejoindre la capitale du Causse. Les vieux vélos furent un instant mis au repos, et les gendarmes conduit par la sœur de service, firent une entrée triomphale à la poursuite du prisonnier, dans la cour de la gare de Martel, sous les applaudissements et la surprise des passagers du Train Touristique du Haut-Quercy, partenaire de la manifestation.

Le train du jour vit donc cyclistes, gendarmes et prisonnier prendre le train vapeur pour une dernière balade dominant la vallée de la Dordogne du haut des falaises du causse.

Tous les participants se donnaient déjà rendez-vous pour l’édition 2019 !

 

 

 

 

Les Photos du samedi
Les photos du dimanche
Le film de la Rando Rétro

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 15:50

St Pierre Lafeuille – 2 juin 2018

 

Un peloton d'Escort-girls

La petite commune de St-Pierre-Lafeuille borde l’ancienne RN20 au nord de Cahors, proche de Maxou. Le maire Joël, est aussi licencié de Cahors Cyclotourisme et membre des Cyclos Randonneurs du Quercy. Afin d’occuper les jeunes de son village il à créer un parcours trial-VTT. Ce jour-là, 2 juin c’est l’inauguration du parcours, aidé par son club cadurcien. Cette manifestation fait aussi partie de la fête du vélo et un parcours route est organisé. D’autres cadurciens membres des CRQ sont présents : Guy et Rolande, Jean-Luc et Geneviève, Joël et Martine.  Avec quelques amis cadurciens nous participons à ce parcours, préparé par Guy, avec quelques incertitudes quant au kilométrage et aux horaires. C’est à ce moment qu’intervient l’intrépide « Lulu » de Luzech. « Comme c'est la fête ! » dit-elle, les filles seront déguisées. Orné de ballons jaunes et bleus, d’une jupette en tulle et de jambières blanches, voilà nos Escort girls fin prêtes pour la balade. Direction Maxou, tout en descente. Je prends déjà du retard pour récupérer un ballon perdu. Il faut dire que les cadurciens mène le train… et le bon !

Après quelques photos, il me sera difficile de faire des vidéos. Le peloton est fébrile, entre arrêts et rythme rapide l’allure n’est pas sereine. Espère, Caix sont traversé sans encombre. À l’entrée de Luzech, Lulu manque à l’appel, en ligne pour renseigner un attardé. Là le peloton s’emballe, quelques ’uns s’arrêtent, d’autres continuent, puis retournent. À l’arrêt j’observe le manège, attend un bon moment avant de comprendre que tout le monde à fait demi-tour. Inquiet de ne pas être à l’heure au vin d’honneur, le coach en a décidé ainsi.

Belle animation

Sauf que dans ce peloton, nul n’est censé attendre les autres, encore moins les attardés. Lorsque je rejoins Lulu, elle a encore le téléphone à la main, mais d’un geste raisonnable me le confit pour ne plus être dérangé. Nous voilà reparti en « chasse patate » derrière un peloton pour le moins incontrôlable. Il en sera ainsi jusqu’à l’entrée de St Pierre Lafeuille où comme par miracle, il y a un regroupement général. On arrive ensemble, toujours sous les couleurs jaunes et bleus de Lulu, j’avais vu juste, j’ai aussi un maillot jaune et bleu.

Un pot offert à l’arrivée, les vététistes sont de retour, les plus jeunes sur le parcours trial, et les autorités commencent à se rapprocher du ruban tricolore. Le ruban est coupé avant les mots de bienvenus de Monsieur le Maire, du Président de la comcom, suivi par la remise des diplômes aux plus jeunes.

Le ruban des cyclos

C’est ensuite l’heure du pot de l’amitié, servi bien frais, dans une ambiance détendue, où le vélo reprend toute sa place. S’ensuivra les grillades saucisses merguez, nous sommes bien installé sur la pelouse communale. Après les commentaires de la matinée voilà les prévisions pour la randonnée de demain. Nous retrouverons l’allure plus calme des Cyclos Randonneurs Flâneurs et des Cyclos Randonneurs du Quercy.

Ce fut néanmoins une belle matinée, sportive et conviviale, que Monsieur le Maire souhaiterait reconduire pour l’année prochaine….Merci et Bravo !

 

Les Photos de l'évènement

Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo
Fête du vélo

Et aussi sur le site des Cyclos Randonneurs du Quercy

https://michelponchet.wixsite.com/crduquercy

Partager cet article
Repost0
22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 13:02

 

   Ce matin-là 10 amis Cyclos du CRQ se sont donnés rendez vous à Martel chez Viviane et Michel pour une randonnée de 67 km sans difficultés. En effet le circuit est pratiquement plat avec seulement 2 montés.

Prêt au départ

   Au départ se trouvent, Viviane, Martine, Marylène, Michel, Régis, Marie-Louis, Jean-Luc, Joël, Thierry et Pierre. A 9h30 le départ est donné en direction des 4 Routes du Lot. Un départ toujours agréable pour la bonne raison que c’est en descente. Dans le village le rassemblement se fit rapidement et nous commençons à rouler pour de bon le long de la voie ferrée. Nous la quittons sur la gauche et passons devant une très belle demeure où habite la tante de Viviane, elle en profite pour aller lui faire un bisou, juste à côté se situe une grange qui a brulé depuis peu, c’est triste. La petite troupe continue sa virée en direction de St Michel de Bannière mais bifurque juste avant vers la droite pour rejoindre la route de Vayrac que nous éviterons pour nous rendre aux Granges en bord de la Dordogne.

En route vers la vallée de légende

 Nous marquons un arrêt pour admirer cette belle rivière qui inspira tant de poètes, d’histoires et de romans. Et c’est reparti pour Bretenoux avec son splendide centre ville qui serait plus charmant si ce n’était pas devenu un parking de voitures. Nous roulons ensuite sur Prudhomat où nous attend un bel endroit pour nous restaurer, mais avant nous devons affronter notre première côte qui accède au château de Castelnau Bretenoux. En démarrant un petit aperçu de la chapelle de Féline. La côte fait 1 km mais à fort pourcentage. Nous avons envie d’un bon rafraichissement et bien entendu dans le village de Prudhomat il y a deux cafés et pas un n’est ouvert. Le pique est comme tous nos pique-niques, il se passe dans la joie et la bonne humeur. C’est un moment agréable, Henriette nous a fait la gentillesse de nous rejoindre.

 

La chapelle du château de Castelnau

 Michel donne l’ordre du départ et nous nous dirigeons sur Carennac. Le pont sur la Bave franchi le premier village est Gintrac où nous nous arrêtons pour un café. Nous serons bien accueillis pas le personnel malgré qu’il soit en pleine restauration. Carennac nous voit passer doucement le temps de jeter un rapide coup d’œil au magnifique tympan de l’église. Sur la route qui mène à Pontou Michel tord son dérailleur avant en voulant passer sur le grand plateau, un petit coup de clé et le tour est joué et nous voilà reparti. La Dordogne franchie nous roulons maintenant au pied des rochers avec le petit train touristique de Martel au-dessus. La fontaine de Briance coule toujours autant avec ses deux cygnes.


 

Traversée de la Dordogne

Un arrêt au belvédère de Copeyre et c’est l’ascension pour la deuxième et dernière côte Gluges Martel. Martine qui n’a pour ainsi dire pas du tout roulé cette année prend un coup de chaleur si bien que Régis l’aide à monter.

   Arrivé à Martel c’est le traditionnel pot de l’amitié qui est toujours le bienvenue, Martine qui a viré au rouge reprend ses couleurs normales à l’ombre de la véranda. Il est l’heure nous quitter en souhaitant nous revoir bientôt, en fait ce sera le lendemain à la rencontre des 3 Provinces. Encore une belle randonnée.

Pierre Maroselli.

Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Randonnée du dimanche 20 Mai « Entre Tourmente et Dordogne »
Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 13:53

 

Dimanche 13 mai 2018

 

Le groupe des CRQ à Laburgade

Labastide-Marnhac, dimanche 13 mai 2018, tandis que les organisateurs du Cyclo-Club s’affairent, le ciel roule ses nuages denses, et le thermomètre joue avec les 6° à peine. Habillés comme pour une sortie hivernale, les Cyclos Randonneurs du Quercy, s’élancent sur les routes du bas-Quercy. Aujourd’hui, en raison des conditions météo, le groupe est quelque peu dispersé, les Cadurciens ayant rejoint les leurs. Sur la route le méli-mélo des CRQ continue, et c’est finalement à la pause casse-croûte de Laburgade que le groupe se reforme fort de ses  huit unités pour la photo souvenir. Là les routes se séparent, les uns rentrent pour midi, d’autres moins pressés, roulent la journée entière.

Les lavoirs d'Aujols

 

Ils étaient trois pour deviser sur les routes des truffières, des phosphatières, et des villages de pierres blanches bâtis. Aujols d’abord et ses lavoirs papillon, Cremps ensuite et ses lavoirs particuliers. Après Bach et Vaylats, le groupe s’écarte volontairement du circuit pour suivre la vallée du Lemboulas, tout en montées et descentes. La température du matin s’est quelques peu réchauffée atteignant les 12°c.

L'église de Paillas

Plus loin, entre Paillas et St Geniès c’est une averse qui nous surprend. Un chêne « Quercus » et feuillu nous abrite.

C’est à Fontanes que nous satisfaisons à la pause pique-nique, sous le lavoir, près du boulodrome flambant neuf. Les pieds dans le lavoir, -l’eau est basse- et bien à l’abri, le soleil daigne se montrer. Ainsi la décision de ce parcours se justifie. 14h, Il faut bien repartir, pas de pause-café ni de demi-pression, il y a belle lurette que les établissements du genre auberge ou bar du village ont disparus de ces contrées.


 

Le lavoir de Pern

À Pern, les souvenirs de Michel se ravivent à la visite du lavoir fontaine derrière l’église. Un jour de printemps chaud et ensoleillé, nous étions trois compère aussi à chercher rafraichissement, lorsque le voisin du lavoir, après nous avoir fait savoir que le village ne possédait pas de café, voulu bien nous inviter à l’apéritif. Pressé par les horaires de son travail, il nous laissât verres et bouteilles à disposition, à notre charge de les lui remettre devant sa porte, ce qui fût fait ! Ainsi ce lieu mérite une visite à chacun de nos passages ; aujourd’hui le voisin était absent, mais l’ouvrage valait bien le détour.

 

 

 

Le château de Labastide-Marnhac

À la sortie de Pern, le ciel décide de nous bénir une seconde fois. Et là encore chênes et érables nous offrirent l’hospitalité en attendant le soleil revenir. Ainsi la route de notre retour ondule à souhait, valorisant sans cesse notre dénivelé. Dans le dernier quart d’heure, de l’Hospitalet à Labastide-Marnhac, le ciel s’éclaire jusqu’à laisser entrevoir de timides rayons de soleil. Le château de Labastide nous salue, avant notre arrivée à la salle des fêtes. Les cyclos se sont envolés, mais le Président encore sur la brèche nous offre le pot de l’amitié et le tee-shirt souvenir. Merci à lui, et à ceux qui ont bravé dame météo, la récompense fut cette belle virée en Quercy Blanc.                                                                                                    Pilou.

Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Randonnée Cyclotouriste dans le Quercy Blanc
Partager cet article
Repost0
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 08:38

 

Dimanche 6 mai, la petite place de Concorès s’anime d’un groupe multicolore. Les randonneuses sont au départ, une dizaine de cyclos prend la route pittoresque en direction de Rampoux et Lavercantière sous les premiers rayons de soleil.


 

L'Eglise de Rampoux

Au fur et mesure de la randonnée d’autres cyclos se joignent au peloton pour être finalement une quinzaine de cyclotouristes. Des habitués, mais aussi de nouveaux visages qui vont découvrir ainsi les petits villages de la Bouriane et du Périgord vert. Cazals et son marché offrent une animation des plus conviviales, tandis que Marminiac, Campagnac et St Pompont, font défiler leurs bâtisses de pierres ocre, sous le soleil de mai.

 

Le château de Castelnau (24)

 

La végétation est luxuriante au milieu des coteaux de St Laurent la vallée et de la Chapelle Péchaud. À Castelnau il faut appuyer fort pour se hisser jusqu’au château et découvrir cet imposant édifice du XIII et XIV siècle.

 

    .

 

Geneviève au Paradis

La pause méridienne se fait au pied du château au bord de la Dordogne et prend la forme du pique-nique habituel. Le retour se fera moins sportif par la tranquille vallée du Céou, Daglan, Bouzic, émaillé d’ouvrages malmenés par le temps ou les hommes, comme le château du Repaire ou l’Abbaye Nouvelle.

 

 

 

Les bons samaritains Jean-Louis et Bob

 

 

Les crevaisons aussi, permettent de tester la solidarité du groupe fort de quinze cyclotouristes des Cyclos Randonneurs du Quercy, mais aussi d’autres clubs de la région.

 

 

 

Les CRQ à Daglan (24)

 

Ils n’ont pas démérité d’accomplir ce circuit de plus de quatre-vingt kilomètres émaillé de nombreuses difficultés, cumulant plus de mille mètres de dénivelé.

Bravo à Geneviève et Jean-Luc, Rolande et Guy, Bob et Mary, Carolyn et Ian, Martine et Joël, Viviane et Michel, Marie-Louis, Jean-Louis, Bob.

 

Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Cyclos Randonneurs entre Bouriane et Vallée du Céou
Partager cet article
Repost0
23 avril 2018 1 23 /04 /avril /2018 08:02

 

Ont participé, Marie-Agnès et Michel, Geneviève et Jean-Luc, Rolande et Guy, Suzanne et Guy, Viviane et Michel, Marie-Louis, Pierre, Michel et Daniel.

Dimanche 22 avril dès 9h sur la place de Gramat, les maillots multicolores, ou plutôt jaune en raison de la fraicheur, sont au départ de la randonnée proposé par le club des Cyclos Randonneurs du Quercy et du Groupe Cyclos Randonneurs Flâneurs. Quatorze cyclotouristes au départ en direction du château de La Panomie pour un arrêt visite extérieure de l’édifice, sous les frondaisons naissantes de ce printemps.

Par les « combes » et les monts, le groupe rejoint Carlucet, puis par de petites routes agréables et peu plates, Montfaucon est atteint. Peu avant midi, c’est à Cœur de Causse que s’effectue la pause fraîcheur dans une bonne ambiance. Malgré un soleil plutôt timide, la chaleur est au rendez-vous. Direction Soulomès où les panoramas sont un peu embrumés pour être admirés. C’est à Caniac du Causse que le peloton fait escale pour la pause pique-nique. Le soleil fait son apparition tandis que les touristes visitent l’église et  la crypte de St Namphaise.

Il faut aussi repartir par les petites routes de la Braunhie, pas toujours faciles, mais tranquilles. Quissac nouvelle halte près de la halle et sa pompe à godets . À Espedaillac c’est la visite de la coutellerie puis la pause-café sous les tilleuls de l’Auberge de Beauville avant de repartir. Un peu avant Reilhac, c’est un nouvel arrêt à la découverte des narcisses qui envahissent les sous-bois du causse, émergeant çà et là entre buissons et rochers moussus. Le retour vers Gramat, s’est effectué sous le soleil sur une route plus propice à tenir une bonne allure.

Tous les participants, satisfaits, pensent déjà à la prochaine sortie, à Villefranche de Rouergue, le 30 avril.

Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Randonnée dans le Parc Naturel des Causses du Quercy
Partager cet article
Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 18:37
Partager cet article
Repost0
4 avril 2018 3 04 /04 /avril /2018 11:13

 Barbentane (13) – 31 mars-1er et 2 avril 2018

 

 

Samedi 31 mars, à travers les Alpilles

Les Alpilles

De notre gîte confortable du Mas de Canillac, les sept cyclos de notre groupe se dirigent vers Eyragues et Verquières petits villages au milieu des vignes. Les routes, petites, tranquilles et plates offrent un début de randonnée agréable, guidé par le précieux GPS de Michel. Depuis Mollégès, les Alpilles s’offrent au timide soleil. Eygalières nous rapproche des premières difficultés, le Pas de la Figuières et ses 244m, suivi d’une rapide plongée vers Aureille, petit village des Alpilles. Nous empruntons une petite route au milieu des oliviers, le soleil daigne se montrer lorsque nous atteignons le canal des Baux au Pas de Clavel (125m). La route se transforme en une piste de castine roulante et serpentant entre vignes, oliviers et garrigues. A Mauriès la matinée est bien avancée. C’est à Maussane-les-Alpilles que nous pique-niquons sur la place du village. Les terrasses de café et de restaurant sont bien garnies ; le soleil réchauffe doucement l’atmosphère. Il faut bien repartir ; vers quatorze heures le groupe reprend les petites routes tranquilles en direction des Baux de Provence. À la sortie de Maussanne, l’aqueduc du canal des baux offre le spectacle de son déversoir de trop plein près de la chaussée. La route commence à monter et c’est au travers des oliveraies que se découvre le château des Baux. Par le col de la Vayède (185m) nous entrons dans le village déjà bien peuplé de touristes. Michel Garde les vélos tandis que le groupe arpente les ruelles du village.

Après cette visite, nous repartons en direction du vallon de la Gaudre d’Auge et le petit col du Pas de Chevrier (150m). Une belle montée nous hisse au col de Sarragan (226m) dans un cadre très minéral. De là, par un chemin escarpé nous découvrons le village et le château des Baux. Notre route sera désormais plus facile, par la descente du col dans une forêt de pins, nous rejoignons la plaine. Laissant de côté le château de Roussan nous traversons Maillane, village de Frédéric Mistral. Le retour semblable au départ de ce matin se fera par des petites routes, bordées de canaux et ponctuées de carrefours sans aucun panneau indicateur (merci gps !). Notre gîte offrira un havre de paix et belle discussions à notre première journée de vélos.

Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018

Dimanche 1er avril, concentration nationale à Barbentane.

Abbaye de St Michel de Frigolet

Pas de poisson ce matin, le groupe est au complet. Départ par la grand route de Graveson, mais sans trop de circulation. Après Graveson son nous entrons dans le massif de la Montagnette, la montagne de Frigolet exactement. Les pins et les chênes verts, bordent notre route, qui monte tranquillement jusqu’au pied de l’Abbaye de St Michel de Frigolet. La pente du chemin de croix, (ou plutôt de la route…) ne laisse aucun cyclo indifférent. Les petites tourelles de pierres jaunes maquent chaque station du chemin du christ. Arrivé à l’Abbaye, visite pédestre et gratuite nous permettent de découvrir un ensemble monumental dans un cadre forestier fort agréable. De là nous rejoignons Barbentane, son château et son moulin, lieu de notre destination matinale. Une foule multicolore est au rendez, sous les rayons filtrants sous la pinède. Halte au stand des inscriptions, puis du ravitaillement gratuits tous deux, puis direction le stand des souvenirs ; hélas le stock de médailles est déjà épuise. De nombreuses connaissances sont déjà sur place, voyageurs, fléchards ou touristes, les conversations vont bon train. C’est aussi ici que doit-nous rejoindre « chef de gare », notre cyclotouriste du siècle dernier, Anthony. Nous avons quelques nouvelles de lui, par des fléchards qui ont eus à faire avec son 48X18, unique développement de son vélo de 1905.

Les discours et autres résultats s’écoulent, lorsque notre cyclo apparaît avec son copain Jean-Marc tous deux vêtus élégamment pour le voyage à bicyclette d’une autre époque. Puis ce sera le traditionnel pique-nique avant et après congratulations et visite de l’exposition de vieux vélos. L’esplanade est largement éclaircie lorsque nous décidons de reprendre la route, avec l’amicale bonjour de la Président de la FCCT. Descente vers le village de Barbentane ; cette fois nous sommes huit ; Anthony roulant avec nous. L’entrée d’Avignon complique un peu notre cheminement afin de trouver la petite route qui longe la Durance. Enfin trouvé grâce à Mr gps, nous voilà sur une petite route plate, en bordure de rivière où se prélasse cormorans et pêcheurs. La petite route se transforme en piste le long de la digue de la petite Castelette. Nous retrouvons la circulation pour traverser la Durance et rejoindre Novès. Après cela, un « ranquet » affichant les dix pour cent, nous hisse à la font du Loup. De là se ont à nouveau vignes et oliveraies qui bordent nos petites routes bucoliques jusqu’à notre gîte de Canillac. C’est la tête pleine de souvenirs que nous faisons honneur à la séquence « apéritifs » et rafraichissement. C’est aussi à ce moment qu’Anthony nous dévoile son périple de St Maurice de Navacelles à Barbentane en passant par le Pont du Gard.

Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018

Lundi 2 Avril, Arles par le massif des Alpilles

Le moulin de Daudet à Fontvieille

C’est vers neuf heures et par Maillane que nous rejoignons St Etienne du Grès tandis qu’Antony ira à Beaucaire. Laissant les Alpilles à l’est nous rejoignons Arles où se déroule Féria. La longue avenue qui mène au centre de la ville est éprouvante, entre chaussée dégradée et circulation. À l’entrée de la vieille ville, fermée pour l’occasion, c’est la foule qu’il nous faut affronter, à moins de choisir les rues dédiées aux taureaux et afficionados. Les arènes sont assaillies par une marée humaine ; tandis que les bandas, délivrent leurs musiques festives et entrainantes. C’est par la visite du théâtre antique bien plus calme, que nous poursuivons notre périple urbain. De là, notre route prend la direction de Fontvieille ponctuée par une halte à l’imposante Abbaye de Montmajour. C’est au Moulin de Daudet que se passera notre halte méridienne. Sous le ciel gris, mais sans pluie le moulin de maître Cornille semble un peu triste au milieu de sa rocaille. Anthony nous a rejoint après son pointage BPF (Brevet des Provinces Françaises à Arles). En route vers Paradou par le canal de la vallée des Baux. L’aqueduc de Barbegal mérite une halte, mais aussi mériterai une restauration tant l’ouvrage est dégradé.

Notre route passe par Maussane et passe près des Baux, déjà vu samedi, La nouveauté c’est l’ascension du col dénommé à tort Pas des Plaines. En effet son ascension se fait dans le paysage très rocailleux des Alpilles par des pentes atteignant par moment les dix pour cent. Sur le versant nord, du haut de ses 240m il offre un large panorama sur la plaine de St Rémy de Provence. St Rémy est d’ailleurs vite atteint au terme d’une descente rapide sur une chaussée de bonne facture. L’entrée de St Rémy est agrémentée d’Antiques monuments. « Chef de gare » se fait une nouvelle fois remarqué au milieu de coursiers équipés de « carbones » sans doute étonné de la performance. Après la traversée tranquille de St Rémy et de ses ruelles commerçantes, notre retour se fera par Maillane et les petites routes tranquilles de la plaine de Graveson.

Notre groupe était composé de neuf cyclos ; Marie-Louis et Henriette, Michel et Viviane, Anthony, Michel, Robert des CRQ et Suzanne et Guy des CRF. Nous avons parcourus un peu plus de deux cent kilomètres au cours de ces trois journées, où certains ont découvert ou redécouvert les paysages de nos auteurs Provençaux.

Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Pâques-en-Provence 2018
Partager cet article
Repost0