Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 09:13

Après avoir rempli leur devoir de citoyen, ils sont neuf Cyclos Randonneurs du Quercy et/ou Cyclos Randonneurs Flâneurs au départ de Gramat. Il est dix heures, le soleil brille généreusement. Jusqu’à Lavergne la circulation automobile est dense, la prudence est de mise. Dans le bourg de Lavergne nous empruntons une petite route tranquille vers le Ventoulou, puis au Boutel, nous prenons direction Autoire. Marie-Ange est emballée par les remises, anciennes granges typiques du Quercy. C’est la première halte au détroit des cascades, qui sera suivie d’une deuxième au village, au pied de la fontaine. Baigné par le soleil, le val d’Autoire est toujours aussi grandiose, le village aux toitures de tuiles brunes accueillant. Plaisir de la découverte, nous prenons une nouvelle route buissonnière pour rejoindre les jolis villages de St Médard de Presque et St Jean Lespinasse. En chemin une halte s’impose pour admirer le château de Castelnau, rougeoyant sous la lumière céleste. À St Jean, nous cherchons la route, puis empruntons deux cent mètres de sentier pour rejoindre le château de Montal face Ouest. Après la traversée du golf une jolie route, sans circulation nous emmène jusqu’à St Céré, dominé par les Tours de Saint-Laurent. La Bave brille sous le soleil, dévoilant des truites de belle taille sous la passerelle qui nous mène au centre-ville. Nous visitons la place du Mercadial, avec ses colombages, encorbellements et sa pompe monumentale. Pause rafraichissement au pied de la statue du Maréchal Canrobert, avant de repartir. Nous longeons encore la Bave pour rejoindre Latouille en passant par le moulin de Siramon. Latouille sera notre halte pique-nique à l’entrée du village. Tout le monde est ravi du parcours ! Qu’en sera-t-il lorsque nous quitterons la Bave pour rejoindre Ladirat.

 

Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave
Val d'Autoire et vallée de la Bave

Au départ du village la route en sous-bois est encore agréable. Après avoir rencontré un berger et son troupeau de chèvres la pente devient sévère ; le peloton s’étire, les bavardages s’estompent….. À Ladirat, tout le monde est content…d’en avoir fini ! La belle descente qui traverse le ruisseau du Mazet redonne le sourire, le soleil est au zénith, et encore une bonne côte nous attend. Nous allons à Molières par une petite route bien pentue, qui traverse le hameau du Castanier. Claude me renseigne sur la trace à suivre, qui nous menait droit vers un chemin impraticable. A Molières quelques gambettes commencent à fatiguer. Le détour vers la table d’orientation sera pour une autre fois. La descente vers Leyme, puis Aynac sera mise à profit pour récupérer. Les féminines tiennent le coup malgré un petit coup de mou pour Martine, mal entrainé pour cause de santé.

Les routes bucoliques de Pilou, usent les jambes, mais le moral reste au beau fixe. Une petite route se faufile derrière le château d’Aynac, et Labonnefoucie, nous dévoile le charme des petites routes du Limargue. « Tient des moutons à lunettes ! » nous dit Marie-Ange, nous approchons du Causse. Après Bio, la prairie verdoyante du tumulus, marque jusqu’aux portes de Gramat,  son appartenance au Limargue, micro région coincée entre les Causses et le Ségala. Gramat, réchauffé de soleil, nous accueille pour un dernier verre de l’amitié accompagné du succulent gâteau de Martine, qui récupère de ses efforts. Aucun de nous n’est pressé d’interrompre cet instant et c’est en se promettant une prochaine escapade que nous nous séparons.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 07:57

 

Les Cyclos Randonneurs du Quercy, ont participé en nombre à la Concentration Nationale de Pâques-en-Provence 2017. Entre Gard et Ardèche, à Vénéjan, ils étaient quatorze cyclotouristes parmi lesquels des cyclos d’autres clubs lotois : Gramat, Bagnac-sur-Célé, Cahors. Pendant trois jours, et près de deux cent kilomètres parcourus ils ont visité, la région de Pont-Esprit, entre Cévennes et Rhône, et entre Cèze et Ardèche. Ils ont aussi gouté au Mistral avant de rejoindre le Moulin à vent de Vénéjan. Haut-perché, ce dernier moulin construit en Provence, avait pour l’occasion retrouvé ses ailes. Aidé d’un bon vent, il pouvait rendre farine contre bon grain. Les centaines de cyclos de passage, lieu du rassemblement national, ont profité du panorama, des retrouvailles entre amis, avant de rejoindre chacun à sa manière son point d’attache, pour une dernière balade le lundi.

Animé par la découverte de la région, ils ont sillonné, comme accompagné d’un guide, les petites routes et chemins blancs de la région. Tantôt en Provence, tantôt en Occitanie, le Rhône fut le fil conducteur. Certains découvrirent ou ont redécouvert un autre cyclotourisme. À la fois bucolique, au rythme tranquille, ou bien sportif face au Mistral, dans les chemins de traverses, ou sur des pentes à faire chauffer le petit plateau, la découverte était bien au rendez-vous. Les villages perchés, Mornas, Laroque-sur-Céze, St Christol-de-Rodières, Aiguéze, St Nazaire, Saint Alexandre, et Saint-Marcel, aussi bien que les cascades du Sautadet et le moulin de Vénéjan, furent tour à tour visités, pour le plaisir de tous.

Nos Cyclos Randonneurs du Quercy, en profitèrent pour visiter une partie des Gorges de l’Ardèche de St Martin au Belvédère de la Madeleine. Sous le soleil, le retour se fit poussé par le vent au confluent du Rhône et de l’Ardèche, et sous la vigilance du château de Mondragon. Arbres en fruits et fenaisons nous ont bien démontré que nous étions au dans le sud.

Un week-end sportif, entre amis et passionnés de cyclotourisme dans le bon Esprit du Pont. Nous étions basés à Pont-St-Esprit, et la vie collective fut appréciée de tous.

Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence

Samedi 15 avril

Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence

Dimanche 16 avril

Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence
Les Cyclos Randonneurs font leurs Pâques…en Provence

Lundi 17 avril

Partager cet article
Repost0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:40

Randonnée du dimanche 3 avril -  77 km

  

 

Nous sommes bien « cinq’s » courageux ce matin chez nos amis Viviane et Michel à Martel ;  courageux car de belles averses se succèdent en provenance de l’ouest et certain ont préféré rester au chaud. Le départ prévu à 9h15 sera reporté à 9h45 selon les indications de Météo France. La pluie cessant, Michel L., Régis V., Michel P., Marylène et Pierre M. s’élancent sur la route en direction des Quatre-Routes du Lot. Juste avant l’arrivée dans ce village la crainte d’un retour de pluie nous envahi, ce ne sera qu’une fausse alerte elle ne durera que quelques minutes. En franchissant la frontière corrézienne Hélios fait son apparition et nous pouvons sentir sa chaleur, c’est très agréable. Nous grimpons vers Ratabout au bas de Lagleygeolle, première côte de la journée. Il était prévu de pique-niquer au Pescher mais Michel nous propose de modifier le circuit « trop facile » !!! Nous ferons un crochet par le charmant petit village de Sérilhac. Nous nous restaurons au pied de ce village dominé par le clocher de l’église St-Nicolas. Le repas fût un moment de rires et de bonne humeur. Marylène, la seule féminine du groupe ne se laisse pas impressionner par les blagues des quatre garçons, elle répond du tac au tac, en plus de la boisson suffisante, il y a de jolies fleurs tout autour de la table de pique-nique.

SérilhacEn ce qui me concerne, la côte pour grimper au village n’était pas tout à fait droite. Sérilhac est construit  de pierres rouges comme un peu partout dans la région, nous ne sommes pas loin de Collonges-la-Rouge. Nous nous attardons dans le village, un peu à l’écart de la voie principale. La route serpente par de belles petites routes à circulation quasie nulle avec des vues splendides entre Corrèze et Lot. Le franchissement de petits ruisseaux, est l’occasion de descente et de montées, les « biales » sont traversées au rythme tranquille du cyclotouriste contemplatif. La pluie ayant lavé le ciel et la terre les couleurs sont magiques, du bleu du jaune un peu de mauve et bien entendu beaucoup de vert tendre. En arrivant devant la Chapelle St Roch, de Blavignac une averse nous surprend venue de je ne sais où ! Remercions la chapelle, nous pouvons nous abriter ses avants toits les quelques minutes que dure son passage et sans oublier avec de bonnes rigolades. À Thudeils, la vue sur l’église sous le soleil et magnifique. La Chapelle de Puy d’Arnac nous voit passer à ses pieds ; et là …… Michel hésite sur la route à suivre en mangeant mes « maltesers ». « Il faut tourner à droite, après le Col du Teillet » nous dit-il. Comme un troupeau de moutons, nous nous lançons dans une belle descente et juste après avoir aperçu un gros renard, Michel se rend compte de son erreur. Il faut faire demi-tour ; et nous voilà remontant la descente ou plutôt la côte. Et devinez quoi ? Une nouvelle averse nous surprend, courte et de faible intensité. La bonne route rejoint, nous repartons vers le bon carrefour, direction Puy Turlau et son belvédère. Nous apercevons Queyssac-les-Vignes sur la gauche. La petite route en descente traverse le hameau du Breuil. Avant d’atteindre le Puy Turlau et son chemin de Croix, une belle vue sur Curemonte mérite un arrêt.

 

 

Un peu plus loin avant Végennes, nouveau point de vue ; nous tournons vers la gauche et plongeons dans la vallée de l’Escadrouillère pour rejoindre Vayrac. Cette petite vallée de cinq kilomètres est bucolique à souhait. Le bruit du ruisseau qui longe la route accompagne le chant des oiseaux, attaché à la cour aux oiselles en ce printemps. Après Vayrac, direction St-Denis-les-Martel par une petite route tranquille bordée par la Sourdoire ; un pêcheur est à l’ouvrage. Au loin le train touristique à vapeur trahit son activité, avec son panache de fumée, il sera à Martel avant nous. Au pied des falaises nous faisons un arrêt devant la cascade de Briance, de son château avec ses deux cygnes. Après les pluies de ces derniers jours la cascade est majestueuse et coule à fort débit. Après le belvédère de Copeyre voilà la remontée toujours casse-pattes de trois kilomètres sur la D 840 et son lot de circulation, pour regagner Martel baigné par le soleil. Viviane privée de vélo nous attend avec un gâteau aux noix fait maison et une bonne pression. Avec le petit détour nous avons parcouru 77km bien vallonné. Un très beau circuit.  Merci Michel et Viviane et à la prochaine

Pierre Maroselli

 

 

 

Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Petites crêtes corréziennes
Partager cet article
Repost0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 11:39

Pour la première, les Cyclos Randonneurs du Quercy ont choisis Souillac comme point de départ le 19 février. Cinq courageux ont affronté la fraîcheur de cette fin d’hiver. Emmitouflé sous les polaires, nous voilà partis par la voie verte depuis Cazoulès vers Carsac. Il y a là deux Serge, Françis, Jean et Michel. Le soleil timide réchauffe peu à peu l’atmosphère. La voie verte est encore encombrée des derniers travaux agricoles, tandis que le moindre détail des paysages apparaît en l’absence de feuillage. Rouffilhac, puis Calviac et Carsac et son église de pierres ocre sont atteint sans difficultés. À Montfort le détour de Serge par le château nous révèle cette forteresse sous les premiers rayons de soleil. La Dordogne coule paisible sous les falaises. A Vitrac c’est la pause pique-nique, dans ce joli coin emménagé par-delà le pont qui enjambe la rivière.

La route se fera moins facile dans la côte de Caudon. L’après-midi nous verra passer à Grolégeac, Sainte-Mondane puis Saint-Julien de Lampon. Le château de Cieurac bien dégagé de sa végétation, nous offre ses belles façades surmonté de mâchicoulis de pierres blanches. Souillac nous voit rentrer vers seize heures au terme d’une belle randonnée en Périgord.

 

Dimanche 26 février, de Souillac encore, nous sommes allés pédaler sur les Causses de Chavagnac et de Salignac. Ici pas de rivière majestueuses, mais de ci, delà les petites sources et autres minuscules ruisseaux, assureront le vert du printemps qui s’annonce. Il y a là Françis, deux Serges, Pierre, Jean, Marie-Louis et Michel. La côte du Mas Del Teil nous réchauffe plus que nécessaire.  Du Chabournac à Chavagnac la route ondule sur le Causse de Gignac jusqu’aux portes de la Corrèze voisine. La Tour du village nous verra tirer notre repas de la sacoche. Après Ladornac, la route qui traverse la combe de Peyrenègre à Lacassagne, ne laissera pas nos mollets indifférents, au point d’étirer notre modeste peloton. Il faudra encore monter, et descendre, plusieurs fois avant de rejoindre Salignac Eyvigues. Le village semble endormi en ce dimanche après-midi. Une belle route de crête, par la Croix du Claud nous emmène à Eyvigues. D’imposants travaux de canalisations nous imposeront la prudence dans la descente vers Eybène, alors que l’un des deux Serge nous a faussé compagnie, mal aiguillé par Pierre, pourtant l’auteur de la sortie. Rien de grave, tout ce petit monde se retrouvera à Souillac pour le pot de l’amitié. Après cette mise en forme de 68 km, voilà la saison des Cyclos Randonneurs du Quercy bien commencée.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 09:33

 

     Ce matin nous sommes 13 au départ de Martel chez notre ami Michel P., et son épouse Viviane, Guy et Rolande, Guy et Suzanne, Régis et Martine, Serge F, Serge L, Michel L, Anthony et Marylène et Pierre. A 9h, sous le soleil, la petite équipe se lance dans une descente où elle retrouve le brouillard de notre belle rivière Dordogne. Anthony préfère nous rejoindre aux Quatres-Routes. Départ chaotique, dans la descente Guy F. s’inquiète de la vibration de sa roue avant ainsi que Suzanne et à l’arrêt Marylène manque de se manger le muret au belvédère de Copeyre.

Tout s’arrange, même le soleil réapparait et nous voilà repartis vers St.Denis,  St.Michel de Bannière, nous rentrons en Corrèze à Branceilles et son vignoble de Mille et une pierres. Après une belle route de crête, nous arrivons à la table d’orientation du beau village de Curemonte. Dans ce village perché, vécue, chez sa fille, pendant quelques mois sous l’occupation, l’écrivain Colette décédée en 1954 à l’âge de 81 ans et qui repose au père Lachaise à Paris. Michel P. ne manque pas de nous faire remarquer que nous sommes arrivés à ce village par le haut, il est vrai que Curemonte comme son nom l’indique est sur une butte. Après quelques photos et observations du panorama,  nous continuons la jolie route de crête pour ensuite plonger sur La Chapelle aux Saints où en 1906 on découvrit le reste d’un hominidé néanderthalien, un musée y est consacré au lieu-dit Sourdoire. Le temps d’admirer l’église puis départ vers Vayrac et la rive droite de la Dordogne pour rejoindre à nouveau St.Denis, sous le soleil, et remonter sur Martel. Nous arrivons vers 13h30 juste pour le pot de l’amitié. De nombreux mets sont apportés par les participants de cette sympathique journée, le pique nique est tiré des sacs et les frites de Viviane sont un vrai régal.

    Et à 15h30 nous commençons une réunion pour le premier bilan des Cyclos Randonneurs du Quercy existant depuis plus de 6 mois. C’était le 16 avril 2016, et oui déjà !!  

Pierre M.

Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Ballade cyclotouriste en Corrèze
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 12:43
Cyclotourisme en automne

Balade en Limargue-Ségala

Départ de Gramat pour ce dimanche 16 octobre. Objectif ; rejoindre Leyme petite cité du Ségala Lotois, pour la dernière rencontre officielle de la saison, du Comité Départemental de cyclotourisme. Nous sommes neuf : Régis, Pierre et Marylène, Roger, Marie-Louis, Viviane et Michel, Bob et Mary, auxquels se sont joints quelques cyclos du club local.

Le départ se fait dans la fraîcheur en direction de Lavergne, en longeant l’Alzou. Le soleil réchauffe doucement l’atmosphère. Par le marais, nous arrivons à Mayrinhac-Lentour, pour rejoindre St Jean-Lagineste, par le causse de la Roume, tandis que d’autres ont plongé vers Aynac par mégarde. Au Barthes de la Valade, le groupe se reforme. Au bas de St Jean, la première difficulté réchauffe sérieusement les organismes. Marylène, nouvelle venue grimpe avec bonheur vers Cantaloube, où l’horizon se dévoile avec les premiers panoramas. Quelques cyclos ont des fourmis dans les jambes et décident de nous quitter pour allonger le parcours.

Notre groupe de neuf reste groupé et profite d’une halte au Pilou, pour admirer la vue qui s’étend des monts du Cantal à la chaîne des Puys, avec pour repère les éoliennes de Pisselièvre. On peine à quitter de tels paysages. Par Ussel puis Pédauque, la route en pente favorable, nous permet de conserver le regard sur les lointains horizons d’Auvergne. Par les bois du Pendit nous rejoignons Bannes. C’est dans cette montée qu’un accident sans gravité jette Bob et Mary et leur tandem sur le bitume, entrainant Viviane dans le fossé. Après constatation des dégâts heureusement sans conséquence, le groupe arrive à Bannes sous le soleil, au terme d’une montée en sous-bois. Par la route en corniche nous arrivons à Frescaline puis Leyme pour la rencontre du jour.

Nous retrouvons nos amis Claude et Marie-Ange, Suzanne et Guy, Rolande et Guy, Marie-Agnès et Michel, qui ont choisi d’autres routes pour rejoindre Leyme. Instant de convivialité autour du verre de l’amitié, puis c’est le moment du repas. Malgré la longueur du repas, près de deux heures, chacun à plaisir à retourner pédaler sous le soleil.

Notre groupe prend la direction d’Aynac, puis par Labonnefoucie et Labradie rejoint la vallée du ruisseau de Saignes, non sans avoir admiré le château du même nom sous un angle peu connu. Par Bio et la prairie nous regagnons Gramat, où Marie-Louis nous offre le pot de l’amitié, pour terminer ainsi une belle journée de cyclotourisme

Pilou

Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Cyclotourisme en automne
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 17:36
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)

Jour 2 - Dimanche 2 octobre – Cols du Couret et de la Croix Blanche

Après une nuit réparatrice, voilà nos huit valeureux cyclos dans la Vallée de Lesponne, sous un ciel gris et humide. Passées les premières pentes de la vallée, la route tourne à droite dans le hameau de la Vialette. Le ruisseau qui en descend, roule ses eaux rapides et bruyantes. Ce sera juste l’inverse pour nous ; les bavardages s’estompent et l’allure diminue à vue d’œil. À vitesse réduite, sous l’œil amusé d’un autochtone, qui se demande bien ce que nous allons chercher dans ce coin de montagne bigourdane, le peloton s’étire. La pente s’accentue encore pour atteindre le plus souvent quatorze ou quinze pour cent, voire plus par endroits. Tandis que ceux et celles qui ont encore des réserves de la veille, tentent de rester sur le vélo, à cinq ou six kilomètre-heure, la marche à pieds devient le meilleur mode de locomotion pour les autres. La circulation est assez intense en ces lieux isolés. Certes il y a des chasseurs et des chasseurs de champignons, mais plus encore, une autre population que nous découvrirons plus tard. Les cinq kilomètres qui nous séparent du sommet seront parcourus alternativement à pieds et à vélo, sauf pour les plus jeunes. Le sommet est enfin atteint à un carrefour forestier, où la route se transforme en piste de terre. Le brouillard a depuis quelques temps enveloppé la forêt et la visibilité est réduite. Photo du panneau de col, habillage pour la descente, et nous continuons vers cette route inconnue.

Dès la descente amorcée, nous retrouvons le goudron, en fort mauvais état et parsemé à intervalles réguliers, des caniveaux métallique appelé à évacuer l’eau de ruissellement. Dans le brouillard, des bruits sourds et rythmés attirent notre attention tandis que les véhicules de chasseurs continuent de circuler sur notre route étroite et sinueuse. Si certains apprécient ce côté « aventure » de notre périple, la recherche permanente de l’équilibre en angoisse d’autres. Le groupe reste compact dans le brouillard épais. Au plus près des bruits sourds, nombre de véhicules ont envahis les espaces réservés aux pâturages. La « teuf » bat son plein. A l’œil brillant des festaïres ont voit bien que la nuit fut longue et animée. Ils sont heureux de nous voir et Martine si serait presque trompé, se croyant arrivé à notre rendez-vous. Il faut encore descendre, vers le village de Soulagnet pour atteindre la vallée de l’Oussuet. Les épingles se succèdent, comme les rigoles transversales. Régis en fait les frais et chute, heureusement sans gravité pour lui, ni sa machine. Le bruit de l’Oussuet qui dévale, nous rassure. Il n’en fallait pas plus pour nous faire croire que nos difficultés étaient terminées. Avant le Col de la Croix Blanche, il faut atteindre le village perché de Germs-sur-L’Oussouet. Il est bien au-dessus, accessible par une route non cartographié, dixit notre arpenteur. Par la route qui a remplacé le chemin des anciennes carrières de marbre, nous atteignons, non sans avoir marché le village de Germs. La pente y est souvent supérieure à quinze pour cent pendant près de deux kilomètres. C’est toujours dans le brouillard que nous arrivons au col de la Croix Blanche.

Quelques dizaines de cyclos aux maillots colorés attestent bien du lieu de notre rendez-vous. Ayant pris du retard, les discours sont terminés, pour cause de mauvais temps. Mais notre arrivée est saluée par tous et le ciel s’éclaircit en signe de bienvenue. La chaleur, l’amitié et la convivialité accompagne le diplôme de Pilou, élevé au rang de vénérable des Cols Durs. Les amis sont tous là, Marc, Sébastien, Alain, Gérard, Yoyo, Daniel, Jean-Louis, Serge, Marie-Noëlle, Chantal, Suzanne et bien d’autres. Le ravitaillement, copieux remplacera notre pique-nique, nous laissant ainsi un peu de temps pour souffler et profiter de ce beau moment de cyclotourisme.

Il faudra néanmoins prendre congé, car l’heure tourne. Par Neuilh, Pouzac et Bagnères de Bigorre, nous rejoignons les Cayres de By. Douche, ménage, rangement, chargement, rythment la préparation au retour dans le Quercy, après un excellent week-end, riche en amitié, en cols et belles montées.

Pilou

Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Concentration des cent Cols et Cols durs au Col de la Croix Blanche (65)
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 18:02
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy

Jour 1 - Samedi 1er octobre – Cols de Beyrède, Aspin, Sarrat-de-Gaye, Courade, Tourmalet

Ont-ils eu raison de faire confiance à Pilou ? Ils sont huit en gîte au Cayres de By, près de Ste Marie de Campan. Guy et Suzanne, Régis et Martine, Michel et Viviane, Michel L, et Anthony. Départ dans le petit matin frais vers Payolle. Par la vallée du Maure, c’est ici que débute la montée vers le col de Beyrède, 1417m, surnommé col de « Bien-raide » par les cyclistes qui ose l’affronter. Il est vrai que la pente oscille souvent entre dix et seize pour cent sur près de trois kilomètres. L’effort est cependant récompensé par un paysage magnifique à l’approche du sommet. Pâturages verdoyant, moutons, vaches et chevaux nous accueillent ici en liberté. Notre groupe profite de cet endroit idyllique. Puis nous prenons la piste qui rejoint le Col d’Aspin à trois kilomètres de son sommet. Autrefois goudronnée, les engins forestiers ont bien malmené cette belle route qui serpente au milieu des sapins offrant de temps à autre une vue sur la vallée de Payolle. La montée sur le Col d’Aspin, 1489m n’est pas très difficile. En ce sommet encore, les panoramas quelques peu assombris par un ciel bas, sont magnifiques. La vallée de la Neste apparaît ourlée de quelques rayons de soleil. Il nous faut repartir vers la vallée de Payolle pour prendre, un court instant, un chemin qui nous fait rejoindre la route du troisième col de la journée, le col du Sarrat de Gaye, 1231m. C’est par une forêt de hêtres, tapissée de crocus, que nous rejoignons le col. De nombreux chevaux paissent, tranquilles, au sommet. De là, la vue porte vers la vallée de Gripp, celle qui mène au Tourmalet, où nous pouvons apercevoir le sommet du télécabine. Passé ce moment de quiétude sous quelques rayons de soleil nous empruntons la descente vers Sainte-Marie de Campan..

De retour au gîte, passé treize heures, le ravitaillement est bienvenu. L’Après-midi, libre, laisse le choix à chacun de satisfaire ses envies. Régis et Anthony, ont des fourmis dans les jambes, ils choisissent la montée du Tourmalet. C’est vers dix-sept heures qu’ils arrivent au sommet, dans un épais brouillard, un peu éprouvé mais heureux. La descente sera fraiche et rapide. Les deux Michel, eux, filent vers le hameau de Peyras, pour franchir, eux aussi dans le brouillard le Col de la Courade, 1272m. Descente sur Campan, par le hameau d’Angoué, halte visite du village et de l’enclos paroissial. Le retour se fera vallée montante vers les Cayres de By. Guy avait, lui, choisit d’aller pointer son BPF (Brevet des Provences Françaises) au Chiroulet, au fond de la vallée de Lesponne. Au retour, sans doute en bonne condition, il décide de grimper le col de la Courade où il croisera les deux Michel, qui le mettent en garde des difficultés à venir. Sur cette face la pente sera rude frisant souvent avec les seize ou dix-sept pour cent. Il finira cependant en descente à quelques tours de roue du gîte.

Les cyclotouristes ayant fait le plein de cols et de sensation, les féminines ont préféré, pour l’après-midi, une balade en voiture jusqu’au Chiroulet. C’est ainsi qu’après une journée bien rempli, le peloton se retrouve groupé à l’heure des agapes et du souper réparateur.

Pilou

Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Week-end Pyrénéen pour les Cyclos-Randonneurs du Quercy
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 16:05
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre

Randonnée du 18 Septembre - Prayssac - Bonaguil

L’équipe est réduite ce matin-là, au départ de Prayssac. Moins de randonneurs, moins de degré, six pour les cyclos, neuf pour les degrés. C’est dire si la vallée est fraiche. Les participants à la randonnée ne sont pas légion non plus. Mais qu’importe, parce qu’aujourd’hui, c’est notre ami Bob qui fait visiter son jardin. Un jardin qui passera par trois départements : Lot, Lot et Garonne et Dordogne.La vallée du Lot n’offre pas encore les couleurs mordorées de ses vignes. Les raisins sont encore sur les pieds. Après Vire et Duravel nous grimpons vers les bois du Balay, avant de rejoindre St Martin le Redon puis Bonaguil. Trois vétérans du CC Prayssac, nous attendent, rillettes et travers de Fantou en bon ordre. Après Sauveterre nous suivront la riante vallée du Sendroux pour rejoindre Loubéjac. Portes ouvertes pour l’église du village que nous visitons. Par les routes en sous-bois du Castanié, c’est St Caprais qui nous accueille, pour une visite de l’église St Caprais avec un guide local.

À Frayssinet-le-Gélat, c’est au bord du plan d’eau que Bob a prévu la halte de midi et c'est Bob qui régale. Si l’ambiance est chaude, la température est plutôt fraiche. Un café à la guinguette et puis nous voilà reparti en direction de Pomarède à ne pas confondre avec le « Pommard aide ». Le Poteau, Loupiac, puis le Théron et son lavoir nous verrons passer avant de rejoindre Prayssac. Certes la randonnée a depuis longtemps fermé ses portes, mais cela ne nous empêche pas de boire le pot de l’amitié avant que chacun rejoigne ses foyers.

Une belle journée avec de jolies petites routes tranquilles, un petit patrimoine fort intéressant, nous ont largement récompensé de ce déplacement.

Merci à Bob et aux participants

Pilou

De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
De la vallée du Lot au Périgord Pourpre
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 14:03
Du Causse au Ségala

Randonnée du 11 Septembre - Gramat – St Bressou

Ils étaient onze, Cyclos-Randonneurs du Quercy, comme une équipe de foot. Sauf que, pas de goal, pas d’avant-centre. Tous au milieu du terrain : Françis, Serge F, Serge L, Guy, Suzanne, Marie-Louis, Michel L, Martine, Régis, Viviane, et Michel P. Pas d’arbitre non plus pour le début du match à Gramat. Routes plates et tranquilles du Causse, dans la fraîcheur matinale, jusqu’au Ségala qui débute à Le Bourg. La châtaigneraie est accueillante mais parfois en pente. Il n’est que de se rendre à St Bressou, pour découvrir la belle petite église du village « ouverte ». Le vallon du Drauzou, marqué par le moulin de Baldié, est ombragé, mais remonte vivement à 12% à la Bernadie pour rejoindre la Remise. La route des crêtes est agréable, par le pont culminant de Penchenate, altitude 610m, qui ne rend pas plus loquace le radio amateur du coin. Leyme, pause pique-nique au coin du bois. Ici pas de timidité, chacun y vas de son « pensum » et la vie reprend au Café des Sports où l’accueil chaleureux, prépare les esprits à la montée du Pendit. Le Pendit 610m et une photo plus loin, nous voilà au Pilou pour deviner dans les brumes de chaleur les Monts du Cantal. Descente heureuse et ombragée jusqu’à Aynac par le cirque de Trémenouze et le Mont St Joseph en point de Mire. Nous rejoignons Saignes, le village, pas les bas-fonds. La pente fleure avec les 13%, mais la bonne humeur n’est pas entamée. La traversée de la prairie, puis celle plus corsée de l’Alzou, nous mèneront chez Marie-Louis pour le pot de l’amitié. Personne n’est pressé de repartir, les plans s’échafaudent, pour dimanche prochain, dans quinze jours, plus tard…enfin on est sur de se revoir !!!

Merci à tous

Pilou

Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Du Causse au Ségala
Partager cet article
Repost0