Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 12:21
Repost 0
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 16:31

 

En quête de points de contrôle BPF (Brevet des Provinces Françaises) pour cette région, située au Nord-est de Paris, nous voilà sur les routes entre Picardie et Ille de France. Nous sommes trois couples, Odette et Michel, Suzanne et Guy, Viviane et Michel. Notre point de chute, un gîte à Montigny-Lengrain à moins de 20 kilomètres de Soissons.

Premier jour : de La Ferté-Milon (02) à Ermenonville (60)

Du château de la Ferté nous ne voyons pas grand-chose. Nous voilà partis pour Betz par la vallée de la Civette. Nanteuil-le-Haudoin est notre point de passage avant d’arriver au petit village quasi désert d’Ermenonville. Ce n’est qu’une fois passé celui-ci que nous arrivons au Château, joliment décoré avec son pars et ses voies d’eau, où baigne la famille ragondins. Peu après la quête du Sésame c’est la mer « de sable ». L’étendue est bien cachée, derrière les frondaisons et l’accès dûment contrôlée et payante. Nous irons pique-niquer vers Monlognon au pied du lavoir et de la croix. Le retour se fera sans encombre par Ivors et Autheuil-en-Valois pour se terminer au Narval, à l’accueil bien sympathique.

 

Château d'Ermenonville

Château d'Ermenonville

Ses habitants

Ses habitants

Le château de Droizelle

Le château de Droizelle

Le canal de l'Ourcq à La Ferté-Milon

Le canal de l'Ourcq à La Ferté-Milon

Deuxième jour : De Pierrefonds à Noyon (60).

Dès le départ nous filons vers la vallée de l’Aisne, Rethondes et la forêt de Compiègne. De forêt en forêt, nous manquerons l’ancienne abbatiale de ND d’Ourscamp. En revanche à Noyon nous aurons le privilège d’une guide à la fois locale et bien de chez nous pour nous conter l’histoire de la ville et de ses dévots. Madame d’Escayrac, c’est ainsi qu’elle se nomme ne tari pas de connaissances sur la cathédrale Notre-Dame et son quartier Épiscopal. L’histoire est telle qu’un résumé ne pourrait en donner même une idée. Le retour par Couarcy et Caisnes St Lucien se fera tranquille laissant çà et là de nombreuses nécropoles de la guerre 14-18. Par Berneuil sur Aisne, et Cuise-la-Motte nous rejoignons Pierrefonds. Le château monumental XVe et XVIIe, revisité à la renaissance puis par Violet le Duc, est un véritable décor de conte de fées. Nous en faisons le tour sans en jamais en voir la totalité.

Canal de l’Oise

Canal de l’Oise

Notre-Dame de Noyon

Notre-Dame de Noyon

Le Château de Pierrefonds

Le Château de Pierrefonds

Le Château de Pierrefonds

Le Château de Pierrefonds

Troisième jour : Jouarre (77)

 

Le temps se fait menaçant aujourd’hui. Aussi nous décidons d’écouter notre circuit. Depuis Lizy-sur-Ourq, la D401 est un supplice de circulation. Mais à cela s’ajoute une route toute en montées et descentes. Après la Ferté-sous-Jouarre il nous faudra encore escalader une belle montée pour arriver à Jouarre, un mardi ; jour de fermeture de l’office de tourisme et donc des visites qui s’y réfèrent. L’Abbaye Notre-Dame de Jouarre          elle reste accessible et sœur Chantal s’y démène pour nous en laisser le meilleur souvenir. Signy-Signet, Les Deux Jumeaux, les champs de betteraves et de chanvre tracerons notre route jusqu’aux bords de la Marne. Par une jolie piste discrète nous en apprécions les charmes et imaginons les guinguettes. Puis par Trancou nous retrouvons Lizy-sur-Ourcq et son plan de circulation hostile aux cyclistes ; et nous en verrons d’autres.

Notre-Dame de Jouarre

Notre-Dame de Jouarre

La Marne à Changis

La Marne à Changis

 

Quatrième jour : Guise (02)

Nos compagnes prennent un jour de « magasinage ». Notre départ se fera de Nouvion et Catillon. Le pays est plat, le ciel menaçant, pour rejoindre la vallée de l’Oise. A Ribemont nous traversons la voie romaine et suivons la ligne de chemin de fer du Tour du Vermandois. C'est ’n peu avant Guise, que le ciel nous tombe sur la tête sous forme d’une averse ténue et pénétrante. A Guise nous irons au Château fort des Ducs. Nos chevaux ne valent pas ceux des seigneurs et à pieds que nous franchissons la première porte du château. Après le pique-nique sur les bords de l’oise, le soleil accompagne notre retour. Le Château de Parpeville se fait discret tout comme le seul col de l’Aisne, le Pas de St Rémy (123m) que nous débusquerons au milieu d’un champ fraichement déchaumé. La fin du circuit ne révélera rien de particulier.

L’entrée du Château fort de Guise

L’entrée du Château fort de Guise

L’Oise à Guise

L’Oise à Guise

Les planteurs de piquets

Les planteurs de piquets

Le Château de Parpeville

Le Château de Parpeville

Cinquième jour : Coucy-le-Château-Auffrique, et Laon (02)

Nous partons de Quincy-Basse sous un ciel peu lumineux. Sous les remparts de Coucy-le-Château, pousse une vigne, la seule que nous ayons vue dans la région. Le village est une citadelle entourée de remparts. La porte Nord est en restauration. Nous discutons un moment avec les courageux bénévoles, layant la pierre jaune et tendre servant à consolider les remparts. Dans la forêt de Prémontré nous serons ébahit devant la réhabilitation de l’ancienne abbaye en hôpital-epadh. La vallée de la Vianne aura une fin et de nombreuses montées émailleront notre route jusqu’à Laon, par Suzy, Cessières et Molinchart. Un dernier effort nous conduira à la vieille ville, haute et particulièrement difficile à circuler à vélo, entre pavés et voitures. L’Abbaye St Martin nous accueille. Fondé au XIIe siècle et d’influence cistercienne son architecture est impressionnante. La cathédrale de type gothique l’est encore plus. Il restait encore à voir l’Abbaye Ste Marie St Jean, la porte de Soissons, la citadelle et bien d’autres richesses dans la vieille ville. Pique-nique englouti, le petit peloton se dirige maintenant vers Royaucourt et Anizy-le- Château. Beaucoup de châteaux que nous ne verrons pas, cachés par de hautes futaies et autres murs d’enceintes attestant la richesse de leurs propriétaires. Il en sera de même à notre arrivée à Quincy-Basse.

Les remparts de Coucy-le-Château

Les remparts de Coucy-le-Château

La porte Nord en travaux

La porte Nord en travaux

Abbaye de Prémontré

Abbaye de Prémontré

Abbaye St Martin de Laon

Abbaye St Martin de Laon

Sixième jour : Longpont, Fère-en-Tardennois (02)

De Longpont au pied des ruines de l’Abbaye nous prenons la direction de Tigny. D’immenses étendues agricoles bordent les routes, tantôt dénudées après la récolte,  couvertes de verdure comme la pomme de terre, la betterave, le chanvre et même de haricots de Soissons, et parfois de lin couché en mode séchage. Le ruisseau de Violaine nous accompagne un moment après Nampteuil-sous-Muret. Après Loupeigne ce sera la visite des ruines monumentales du château de Fère. Bien curieuse bâtisse avec un château renaissance servant d’hôtel, d’un côté et les ruines d’un château fort, les deux reliés par ce qui reste d’un couvert aux allures du 18e. Le tout étant de la même époque nous assure un des responsables de la restauration en cours. Après une heure de visite, nous voilà à Fère-en-Tardennois sous sa halle historique. La pression est bienvenue avant la route vers Saponay, lieu de notre pique-nique. Le retour sans difficultés se fera par le ruisseau des Gorgeats et la Vallée du Gros Chêne. C’est à l’abbaye de Longpont que s’achève notre séjour dans ce grenier de la France.

Château de Fère

Château de Fère

Château de Fère

Château de Fère

Porte de Longpont

Porte de Longpont

Ruines de l’Abbaye de Longpont

Ruines de l’Abbaye de Longpont

Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 15:47

Succès de la Première Rando-Rétro Quercynoise 2017

Samedi 8 et dimanche 9 juillet ; les Cyclos Randonneurs du Quercy, avec Anthony maitre d’œuvre accueillaient la première édition de la Rando Rétro Quercynoise, à Martel, capitale du Quercy et de la randonnée à vélo pour un week-end. Favorisés par une météo clémente, près de cinquante amoureux de la belle mécanique, sont venus sillonner nos belles routes entre causses et vallée. La visite de Martel, cité médiévale ne fut pas oubliée. À l’aller puis au retour, le premier puis le deuxième jour, le peloton a sillonné la ville, ses places et ses ruelles pour le plus grand bonheur des spectateurs surpris mais enthousiastes et celui des cyclos de profiter ainsi d’une visite guidée.

Le samedi la vallée de la Doue et ses moulins, puis la vallée de la rafraîchissante Dordogne ont vus défiler ces drôles de machines. Rutilantes pour les unes, dans leur « jus » pour les autres, les bicyclettes, utilitaires, de cyclo-tourisme ou bien de « course » ont obéis tant que mal aux ordres et aux mollets de leurs propriétaires pour découvrir les richesses de ces petites routes et chemins blancs. Dès le départ l’accueil plus que sympathique du boulanger de la rue droite est un pur instant de bonheur. Ce large sourire, accompagné de générosité à sut donner la tonalité du week-end. Ils ont pu ainsi accéder aux moulins, châteaux, et autres demeures prestigieuses. De panoramas en ruisseaux, de la Tourmente à la Sourdoire, puis en longeant la Dordogne, la joyeuse troupe, un peloton de quarante passionnés, à subtilement suivi l’itinéraire tracé. De craquement de dérailleurs en commentaires avisés, les cyclotouristes ont découvert la région sous un autre angle, liant très souvent contact avec les touristes ou les gens du cru, étonné parfois, réjouis toujours de revoir ces drôles de vélos de leur enfance. À Carennac un arrêt pique-nique, permettait à chacun de souffler un peu et à tous de visiter la cité Fénelon, son église St Pierre, et son Tympan du XIIème siècle. Puis par Mézels, Pontou, Briance, le Belvédère de Copeyre offrait son majestueux panorama sur la vallée baignée de soleil. La montée vers Martel par la route en corniche de Gluges ravissait tous les participants qui regagnèrent la Cité aux Sept Tours pour une soirée récréative ou bien un repos bien mérité.

 

Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,

Dimanche, ils n’étaient pas moins nombreux pour découvrir les routes du Causse. Le panorama du site du Mont Mercou, du haut de ses 317m, fut marqué d’une longue pause admirative. Les échanges entre participants furent nombreux. Venus parfois de loin tous furent enchantés de ces lieux, parfois méconnus des randonneurs au long cours. La vitesse ne fut pas de leur préoccupation, la découverte c’est sûr. Ils ont collé au thème des années avant 1980. De bretelles en chapeaux, de belles robes, habit de fête,  romantique, militaires, ou gentlemans, parfois en musique, l’équipement était bien en accord avec leur vélo.

Un instant même certains firent revivre, en pleine campagne des scènes d’un autre âge : la France libérée de l’occupant. Acteurs, caméramans et photographes tournèrent les premières séquences d’une longue histoire.

L’après-midi vit les participants parfaitement accueillis à la gare de Martel. Pique-nique sur les quais, embarquement à bord du Chemin de Fer du Haut-Quercy. Privilégiés, sans doute c’est voyage en première classe, derrière la machine vapeur pour nos touristes à vélos qui pour une heure durant laissèrent leurs « destriers » à quai, sous bonne garde. Après l’attaque du train, c’est le mécanicien qui décide. Sifflet, vapeur, et « Tchou Tchou », le train s’ébranle. De tunnels en découverts, sur la voie du 19ème siècle, la surprise est totale. Au sorti du plus grand des tunnels, la vue sidérante sur la vallée de Dordogne ravi tous les voyageurs. Plus loin ce sera la halte fraicheur, sur le Viaduc des Scourtils qui séduit les passagers.

Le week-end prend fin sur les quais, lorsque l’instigateur de la journée Anthony, remercie tous les participants. C’est ensuite Philipe Deveaux, représentant la Fédération Française de Cyclotourisme et Président du Comité Régional de Cyclotourisme d’Occitanie, qui salue tous les participants et remercie les organisateurs pour leur manifestation originale. C’est au Président des Cyclos Randonneurs du Quercy, Miche Ponchet que revient le mot de la fin, invitant d’ores et déjà tous les participants à revenir plus nombreux pour l’édition 2018 de la Rando-Rétro Quercynoise. Ils étaient venus de Paris, Limoges, Cholet, Clermont-Ferrand, Toulouse, Tarbes, Bordeaux ou bien des villages alentours et ne furent pas indifférents à l’ancien rythme de la randonnée cyclotouriste.

Merci aux membres du Cyclos Randonneurs du Quercy, au boulanger de la rue droite, au chemin de fer du Haut-Quercy, Atelier de la noix à Carennac, et à tous ceux qui de près ou de loin ont contribué au succès de cette journée.

Pilou

 

Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Cyclotourisme, en avant vers le passé,
Repost 0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 17:09

L’hiver n’est pas toujours agréable pour cycler ; en revanche il révèle les paysages comme on ne les voit pas souvent. Paysages cachés, brumes et brouillards enveloppants les panoramas. Le givre lui aussi métamorphose la nature. Pour cela l’hiver est parfois féérique, magique ou simplement beau. Bien habillé, bien équipé, le cyclotouriste chemine lentement ; comme pour ne pas accentuer le froid. Chaudement habillé, il montera doucement, pour ne pas transpirer ; lentement il abordera les descentes ; et patiemment il scrutera les panoramas lointains ou les proches paysages. Les routes, plus tranquilles qu’en été, ne sont pas exemptes de dangers. Ne pas oublier d’augmenter sa visibilité avec des vêtements clairs, ou même fluo. Un éclairage avant et arrière à la tombée du jour ne sera pas superflu. L’écarteur de danger outre sa visibilité augmente la distance entre le cyclo et le véhicule qui le double. Après la fraîche randonnée, le confort de la maison paraîtra plus douillet et confortable.

Bonne Année et belles randonnées, Pilou

Paysages d’hiver,
Paysages d’hiver,

Après le givre, les brouillards dans la vallée

Paysages d’hiver,

Le Château de Castelnau surfe sur le brouillard

Paysages d’hiver,

Celui de Turenne s'offre un manteau ouaté

Paysages d’hiver,

Sur la Dordogne, le pont de Pontou semble bien mystérieux

Paysages d’hiver,

Le gouffre résurgent du Font del Truffe, dans la vallée de l'Ouysse, garde son eau turquoise au plus bas

Paysages d’hiver,

Le Col de Majesq (sur sa crête majestueuse), veille à ne pas mélanger les eaux claires de l'Ouysse et de l'Alzou

Repost 0
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 07:34

MAXOU, Dimanche 16 octobre

     Pour la 12ème fois une journée en la mémoire d’Eugène Nègre s’est déroulée dans le charmant petit village de Maxou où repose dans le cimetière à côté de l’église le père fondateur du cyclotourisme lotois. Il y a 2 ans une stèle lui avait été dédiée. En mars dernier son épouse Augustine l’a rejoint Cette journée est organisée par le Groupe Cyclos Randonneurs Flâneurs du Lot. Ce matin le ciel est couvert avec une petite fraicheur mais absolument rien de méchant. A 9h15 une trentaine de cyclos se lancent sur un circuit d’environ 30 km et une vingtaine de randonneurs pédestres sur les sentiers. Bien entendu quelques bosses sont au rendez- vous mais ça nous nous y attendions, le plat n’existe pas dans la Lot, comme on dit souvent « Le Lot est le département français où il y a plus de montées que de descentes » et puis franchement nous nous embêterions sur le plat, rien ne vaut des belles montées, il n’y a rien de plus stimulant pour un cyclo, le bonheur sera toujours au bout de la côte. L’automne commence à se faire sentir, feuilles jaunes et rouges couvrent les arbres, un petit clin d’œil sur Lot avec quelques châteaux au milieu des vignes et retour sur Maxou. Cette petite rando sera marquée par un fait sympathique et amusant, un vélo des années 30, Anthony le petit fils de Michel P. est en tenue d’employé des chemins de fer de la même époque du vélo avec casquette, veste et tout. Un vélo qu’il a récupéré dans une déchetterie. C’est un trésor pour lui, et malgré nos bécanes dépassant parfois les 3000 euros il ne sera pas en traine dans le groupe, bien au contraire. C’est également un phénomène à la mode que l’on nomme Vintage.

    De retour vers 11h30 nous préparons le pot de l’amitié et juste avant de le consommer Michel P. nous fait un petit discours rendant hommage à Eugène Nègre ainsi que sur l’avenir de l’authentique cyclotourisme. Les remerciements vont à la commune de Maxou, aux organisateurs du repas et bien sûr aux cyclotouristes fidèles et présents à ce rendez-vous. Ensuite c’est au tour du président de la ligue Midi Pyrénées Georges Golses de prendre la parole souhaitant voir des jeunes prendre un jour le relai. Ceci étant fait nous passons aux agapes en dégustant une excellente soupe de champagne préparée par Suzanne et Michel B. accompagnée de pizzas, quiches, houmous (genre de pâté aux pois chiches) et bien entendu les éternelles chips.

    Et comme il se doit c’est le moment de se mettre à table. Nous avons la chance de manger chaud car en début de journée au moment de la préparation une grosse panique s’est présentée, pas d’électricité, et bien sûr impossible de joindre le responsable de la salle. En fin de matinée OUF ! Le problème est réglé. Inutile de préciser que la convivialité et l’amitié dominaient ce repas dans une salle un peu bruyante pour tant de choses à raconter.

    Un grand merci aux organisateurs et organisatrices pour leur dévouement lors de ces journées qui nous font un peu oublier tous ces tristes évènements aussi bien chez nous que de part le monde et qui envahissent en permanence nos écrans.

           A l’année prochaine.   Pierre M.

Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Journée Souvenir Eugène NEGRE 2016
Repost 0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 15:26
Cyclos-Randonneurs du Quercy

Nouveau club dans le giron des cyclos randonneurs en autonomie sur la journée entière. Les Cyclos-Randonneurs du Quercy ont vu le jour le 16 avril 2016. Tous licenciés à la FFCT, c’est sous la houlette de Michel Ponchet, président que ce petit monde se retrouve régulièrement sur les routes du Quercy et des Provinces environnantes pour satisfaire leur plaisir de la randonnée touristique, contemplative, et néanmoins sportive.

Une sortie par semaine, pique-nique embarquée, les circuits ont tous vocation touristique et découverte à vélo. Entre six et quinze cyclos-touristes, parcourent ainsi soixante à cent kilomètres, sans chrono. Les horaires sont adaptés à la saison et à la météo. Pas de moyenne mais parfois des dénivelés conséquents pour découvrir des panoramas ou des sites à voir. La bonne humeur, la convivialité et la solidarité sont les paramètres du bon déroulement de la journée.

Les féminines ne sont pas en reste ; au nombre de deux à six, leur place est prépondérante à la bonne marche du groupe.

Chacun peut proposer un itinéraire, il est ensuite communiqué par e-mail sur une liste de diffusion.

La dernière sortie à conduit les Cyclos-Randonneurs du Quercy de Vers à Cajarc par le causse de Limogne et retour à Vers par la vallée du Lot. Il y avait douze participants.

Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Cyclos-Randonneurs du Quercy
Repost 0
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 17:03

Samedi 19 mars à Salviac avait lieu un brevet de régularité de 100 km. Organisé par l’UAF (Union des Audax Français en partenariat avec le club cyclotouriste de Salviac FFCT.

Sous la direction de Michel Ponchet, moniteur fédéral aidé de Marie-Agnés et Michel Bergé, moniteurs et de Jean-Claude Millot membre de l’UAF, 35 participants dont 8 féminines, ont sillonné les routes du Périgord, des vallées de la Dordogne et du Céou.

L’objectif de ce Brevet étant de parcourir cent kilomètres à une allure régulière de 20 km/h. Les capitaines de route ont formé deux pelotons distincts roulant à 5 minutes d’intervalles. Deux contrôles intermédiaires à Belvès et Castelnau-La-Chapelle validaient l’allure fixée.

Favorisé par un beau temps, les participants ont pu admirer les routes boisées de la Bouriane et la route des Châteaux et Bastides : Belvès, Siorac-en-Périgord, les châteaux de Beynac, Fayrac, Les Milandes, Castelnau-la-Chapelle et les falaises du Céou, et autres trésors pas encore cachés par le feuillage du printemps.

Parmi les participants les clubs du lot étaient bien représenté : Bagnac-sur-Célé, Linac, Cahors cyclotourisme, Salviac, Luzech, Souillac cyclo-rando, Causses et Vallées de St Sozy, Gourdon, les voisins de l’Entente Cyclotouriste du Buisson (24) et un membre individuel.

Toutes et tous sont rentré dans les délais sans incidents majeurs. Les organisateurs offraient le pot de l’amitié et une collation dès 18h dans la salle de Salviac. Michel Ponchet remerciait les participants et le Club de Salviac. Chacun se plaisant à dire que faire cent kilomètres en peloton était un bel apprentissage du Cyclotourisme.

Départ Brevet Audax 100, 19 mars 2016, Salviac
Départ Brevet Audax 100, 19 mars 2016, Salviac
Départ Brevet Audax 100, 19 mars 2016, Salviac
Départ Brevet Audax 100, 19 mars 2016, Salviac

Départ Brevet Audax 100, 19 mars 2016, Salviac

Repost 0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 11:00

Il est dix heures, la bastide de Bretenoux est déjà éveillée, lorsque dix CRF partent en randonnée. Sous les couverts du XIIe siècle, on s’active à préparer Noël. C’est vrai que nous sommes le vingt décembre ; le thermomètre affiche 11°C. La route traverse la plaine du Mamoul, pour nous mener au pied de la forteresse du seigneur de Castelnau. Dès la première pente, l’imposant château, de rouge construit, expose ses façades au soleil voilé de décembre. Plusieurs siècles furent nécessaires à sa construction, et les seigneurs du lieu effaceront les stigmates de la guerre de cent ans. Ses imposantes façades en tryptique de 80 mètres de long sont dominées de plusieurs donjons. Après quelques minutes d’échauffement garantis, nous voilà sur la crête de St Michel Loubéjou. Les brumes lointaines augurent d’une belle journée. La descente de Puymule vers la Croix blanche atteste du nom du lieu, sur une route en corniche qui ne devait être qu’un minuscule sentier du temps des seigneurs de Castelnau.

La montée se fait rude à nouveau, pour atteindre Belmont-Bretenoux. Un vent frais ralenti notre progression, mais chasse les nuages. Une route de crête autorise un vaste regard circulaire. Nous voilà en surplomb des Tours de St Laurent. Demeure de Jean-Lurçat, les vestiges du château offre au regard deux tours du XIII et XVème siècle, qui domine St Céré et la vallée de la Bave.

Le petit groupe ponctue son ascension par quelques haltes rares et courtes, qui nous amènent au petit village de Crayssac qui, lui, domine la vallée du Mamoul et le village de Cornac. Une montée plus sévère nous hisse au hameau de Circam. De là au milieu des sapins, hêtres et autres bouleaux nous remontons la vallée du Mamoul. Au cœur du Ségala, le Fangas est atteint au milieu des paysages, qui nous rapprochent de l’Auvergne. L’heure avance et Ségéric, offre son manoir à notre regard, tandis que le peloton s’extasie devant de tels paysages. Notre altitude maximale est ici atteinte, nous sommes à près de six cent mètres.

Le château du Fraysse reste secret derrière les hautes futaies. Teyssieu nous accueille avec sa Tour féodale datant du XIIIe siècle. Notre halte pique-nique se fera sur la place du village, au pied de l’Église St Madeleine de Teyssieu. Le restaurant qui fête aujourd’hui, avec un peu d’avance Noël, nous autorise l’installation en terrasse.

La pression, apéritive, aiguise l’appétit. Les agapes sont nombreuses et, bien installés, les cyclos profitent des rayons de soleil. Après le café et moult remerciements à nos hôtes, Francine et Gilbert du restaurant « La table de la Tour », le soleil joue à cache-cache derrière les murs épais des maisons du village. Le vent devenant un peu plus frais, la troupe s’ébranle, pour reprendre la route.

Par le hameau de Cazals nous rejoignons la route d’Estals et ses horizons infinis du Sud au nord. À l’entrée du village d’Estals, nous prenons à droite, direction Le Verdié. La route en forte déclivité nous conduit, à travers bois au hameau de Moulicou dans la vallée du Négreval. Puis ce sera Gagnac sur Cère qui chevauche la limite entre, à le Massif central, et à l’ouest le Limargue, La commune est traversée d’est en ouest par la Cère, rivière venue des Monts du Cantal. Le village est marqué par ses petites ruelles étroites. L’église Saint-Martin, date pour partie du XVIIe siècle. Elle se distingue par un clocher original, carré à sa base, surélevé au XVIIe siècle de huit piliers délimitant la chambre des cloches, surmontée d’un curieux petit clocheton en bardage de châtaignier.

Nous faisons une halte prolongée dans le village avant de reprendre la route en direction de Biars-sur-Cère. La petite route empruntée, longe la Cère pour passer au Port de Lacaze avant de rejoindre Biars bourg. La randonnée touche à sa fin et sur le parking du parc Ayrolles, aucun d’entre nous, n’est pressé de rentrer. Le soleil est toujours là, la température de 17°C, fait d’avantage penser au printemps qu’aux fêtes de Noël toutes proches. La randonnée du solstice d’hiver se termine par de chaleureuses accolades d’au revoir, chacun se promettant de revenir à la prochaine occasion. Ce jour-là tous avaient fait du cyclotourisme : Françis, Marie-Louis, Michel, Guy et Suzanne, Michel et Viviane, Jean, Françis, Thierry. Pilou cette fois, n’a pas rêvé, son cadeau de Noël venait d’être livré avant l’heure ; quelques heures de bonheur et ses amis au pied du sapin !

Cyclotourisme de Noël
Cyclotourisme de Noël
Cyclotourisme de Noël
Cyclotourisme de Noël
Cyclotourisme de Noël
Cyclotourisme de Noël
Cyclotourisme de Noël
Cyclotourisme de Noël
Repost 0
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 10:42

Labastide de Lévis (81)

Jean-Paul était un cyclotouriste du CR Albi, disparu en octobre 2012 au sommet du Port d’Aula (09). Depuis cette disparition tragique, ses amis se retrouvent le 4 ème dimanche d’octobre en un lieu différent, pour garder en mémoire le souvenir d’un compagnon de route au grand cœur.

Nous nous sommes rendus, Viviane et moi à Labastide de Lévis, entre Gaillac et Albi, après avoir franchis nombre de points de contrôle de gendarmerie, quadrillant ainsi le Gaillacois et la zone de l’hypothétique barrage de Sivens en ébullition permanente.

Une balade dans les coteaux nous ferons entrevoir le château de Mauriac au milieu du vignoble avant le retour vers Labastide de Lévis. De nombreuses connaissances étaient présentes ainsi que quelques membres CRF du Tarn et du Tarn et Garonne.

Une soixantaine d’amis cyclos venus de cinq départements de la Ligue des Pyrénées, se sont retrouvés sur la place du village, autour d’un verre de l’amitié et de quelques mots en témoignage de la vie de cyclotouriste de Jean-Paul. En présence du Président du Comité FFCT du Tarn, de Marie-Claude la sœur de Jean-Paul et de nombreux amis, un pique-nique amical clôtura cette rencontre dans le brouillard laissant à peine paraître les couleurs mordorées du vignoble Gaillacois.

Ce fut un moment agréable, dans la simplicité de la tradition cyclotouriste pyrénéenne.

Quelques vues autour de Labastide de Lévis (81). Le Château de Mauriac et le verre de l'amitié.
Quelques vues autour de Labastide de Lévis (81). Le Château de Mauriac et le verre de l'amitié.
Quelques vues autour de Labastide de Lévis (81). Le Château de Mauriac et le verre de l'amitié.
Quelques vues autour de Labastide de Lévis (81). Le Château de Mauriac et le verre de l'amitié.
Quelques vues autour de Labastide de Lévis (81). Le Château de Mauriac et le verre de l'amitié.
Quelques vues autour de Labastide de Lévis (81). Le Château de Mauriac et le verre de l'amitié.

Quelques vues autour de Labastide de Lévis (81). Le Château de Mauriac et le verre de l'amitié.

Repost 0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 13:30

Ils n’ont pas hésité à braver le temps maussade et la pluie froide. Près de soixante cyclotouristes ont rejoint Maxou le 18 octobre pour la onzième édition du Souvenir Eugène Nègre. Les marcheurs en tête sous la houlette de Jean-Luc ont accompli huit kilomètres sur les sentiers du causse des Carrières et d’Auzole. Les cyclotouristes emmenés par Michel ont effectué trente-quatre kilomètres par la côte de Brouelle et la vallée du Vert. Quelques autres cyclos venus du Tarn ou du Tarn et Garonne n’ont pas hésité à venir en partie ou en totalité de chez eux à vélo, tels Éric ou Francis. Quelques autres sont venus à Maxou en amis. Nombreux étaient les Cadurciens avec à leur tête le Président. D’autres clubs étaient représentés par les amis d’Eugène ou amis des CRF. Ce fut le cas des Souillagais, des cyclos de Salviac, Luzech, Linac ou Bagnac mais aussi de Montauban ou d’Albi.

Toutes et tous n’ont pas ménagé leur peine pour participer, apporter une entrée, un dessert ou un brasero comme Pilou. Il y avait peu de spectateur mais bien des acteurs pour cette journée du Souvenir. Le partage et la mise en commun des efforts, témoignent encore de la foi des cyclotouristes comme celle du regretté Eugène lorsque seul il décida d’organiser le cyclotourisme lotois dans les années 1970.

Aujourd’hui ce cyclotourisme est quelque peu réduit comme la participation du Président du Codep, à cette commémoration. Si ce collectif cyclo est réduit, il est toujours animé de la flamme de l’amitié et de la solidarité ; c’est cela que nous retiendrons de l’image de Maxou, en ce troisième dimanche d’Octobre.

Nous ne pouvons passer sous silence l’aide matérielle indispensable de la municipalité de Maxou, représentée ce jour-là par Mr l’adjoint au Maire.

Pour certains cette journée se termina devant la stèle Eugène Nègre fièrement érigée sur le square du village, et décorée d'une vasque de fleurs naturelles;pour d’autres ce sera un retour vers leurs foyers sous la pluie froide d’octobre.

Merci à tous ! Pilou

Photo des courageux marcheurs (Roland.M-CT Cahors)

Photo des courageux marcheurs (Roland.M)
Photo des courageux marcheurs (Roland.M)
Photo des courageux marcheurs (Roland.M)

Photo des courageux marcheurs (Roland.M)

Repost 0