Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 15:56

DSCN1246 

Les 14 et 15 avril, tandis que les féminines de la Ligue des Pyrénées, réunies à Cahors, battaient la campagne lotoise, quelques garçons, quittaient Cahors dans la direction opposée. La plupart, coutumiers du fait avait tôt de se rassembler par petits groupes et de partir sur des itinéraires mûrement réfléchis. Ce fut le cas pour six lotois à forte connotation CRF (cyclos randonneurs flâneurs). Direction la vallée du lot, sous la menace de gros nuages noirs. Deux Guy, trois Michel, et un Claude. Un des Guy avait beaucoup travaillé, pour Pâques-en-Quercy et le voyage des filles, il fût un peu dépourvu de forme, bien que sa santé s’améliora au fil des kilomètres. Pradines, Douelle et bientôt Luzech. Première halte ravitaillement et première rencontre ! L’ami Camille, toujours le verbe à la bouche s’enquérit de cette escapade masculine. La route reprit, Pescadoires, Vire, puis Condat sont traversé. La virée continue à travers vignes et chapelles du côté de Soturac

C’est à Condat, qu’a lieu la pause méridienne. Copieux ravitaillement embarqué, nos cyclos échappent encore aux menaces du ciel. Evitant la circulation, c’est par le promenoir (ancienne voie ferrée qui longe le Lot), que le groupe rejoint la sortie ouest de Fumel. C’est après la gare qu’un des Michel, pensant gagner du temps, pour aller à St Vite,  tente d’emprunter les rails retrouvés. Mal lui en prit, le vélo dérailla, et le chargement chuta lourdement sur la chaussée ; sans gravité heureusement.

Le groupe longea le Lot jusqu’à Penne terme de l’étape. Mais pas encore car une boucle reste à couvrir en passant par Villeneuve-sur-Lot. Malgré un soleil quasi inexistant, la pause pression eue lieu en centre ville. Le retour par St Sylvestre fut plutôt agréable. Michel L, responsable de notre hébergement, fort des renseignements géographique puisé sur la toile, nous indiqua le lieu de notre soirée étape. « Norpech » disait le guide. L’arpenteur de service eut vite fait de localiser, grammaticalement le lieu : le Pech du Nord, autrement dit en haut. Qu’à cela ne tienne, Notre-Dame de Peyragude veillera sur nous. Sauf qu’arrivé en haut des portes nord de la ville, après une ascension tranquille, point de Pech au Nord. Guy F. ayant déjà visité la ville tandis que les cinq autres « s’escanaient » à atteindre le sommet, proposait de redescendre. Rencontré dans la ville, un habitant nous rassure, en visant de son bras le Pech d’en face, que nous devions reprendre depuis le bas du village, cela va de soit. Ainsi rassuré, l’équipe s’en repart dans la pente, puis gagne le gîte du côté de Magnac. La pente est sérieuse mais, l’accueil est chaleureux, le gîte confortable, et la table revigorante. Claude, Claudine et Bérengère surent nous faire passer une agréable soirée.DSCN1262

Dimanche, petit déjeuner copieux avalé, vélos harnaché, la route nous entraîne vers St Sylvestre, St Aignan, Moudounet. Les paysages sont agréables, et contrastent avec la veille. Montées et descentes, points de vue, carrefours en campagne, sont le lot de notre itinéraire jusqu’à Monsempron-Libos. Halte ravitaillement…et …..première averse, tandis que nous étions à l’abri !.

Retour par Touzac et Vire, pour rejoindre Puy l’Evêque et la pause pression. Midi, la buvette du club de pétanque offre l’abri, et les sacoches le ravitaillement !  

Le ciel menace mais toujours pas de pluie. L’itinéraire prévu est tronqué, pour cause de rendez-vous avec les féminines dans Cahors. L’impatience des uns, sans doute envie de revoir les épouses, laisse indifférent deux Michel, qui flâneront encore, le long du Lot et des quais avant de rejoindre l’espace Cabessut, encore plongé dans la quiétude et la tranquillité.  Il faudra une bonne demi-heure, avant que le peloton de cent vingt femmes, enchanté du succès de leur périple vienne, telle une nuée d’insectes, occuper la passerelle et les lieux de leur départ vingt quatre heures plus tôt. Nous retrouvons nos compagnons, guides émérites, au travers la ville de Cahors de cet imposant peloton.

Un week-end où chacun de son côté, hommes et femmes ont pu savourer les joies du voyage à vélo.

 

Texte et photos Pilou

Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 09:42

 

 

1 C'est part, les kiki! (4)

 

 Prêt pour le départ !

 

« Ce n'est pas une blague, mais vous êtes les heureux lauréats d'un tirage au sort
fait par huissier. Vous avez gagné le droit de participer à un beau voyage, un
jour de pleine lune, fin avril (Pâques exactement), qui vous mènera de la
banlieue toulousaine (ou d'ailleurs) au Rhône en passant par ce charmant plateau
qu'est le Larzac. »

 

Le 19 décembre, déjà un petit rappel de Philippe, avait titillé mon égo, qui un jour de printemps avait cru bon de ………..moi aussi, je…… !!!  Mais bon,  une offre comme celle-là on ne la laisse pas passer… quoi que !

L’esprit d’abord rempli de doute et de questionnements, il fallait prendre cette décision. Non pas cruelle, mais  sérieuse et hypothétique pour les premiers mois de 2011. Premier mois, que dis-je premier jour du premier mois. Le premier Janvier exactement, un samedi pas très froid, mais après une nuit un peu courte, le « Follis » m’emmène pour une courte sortie en vallée de dordogne

Samedi 8 janvier : Le pari fou de faire une flèche pascale est lancé. Philippe Deveaux, connaissance de longue date à décidé de m’embarquer dans cette galère. Il faut donc rouler, rouler, rouler….. Pour avaler ces 360 km minimum en moins de 24h. Aujourd’hui je teste donc la bonne tenue des fixations de l’éclairage. Deux phares cateye devant et deux feux rouges à l’arrière. L’ensemble s’est bien comporté même si aujourd’hui je n’ai utilisé que le feu arrière pour rentrer par mesure de prudence. En revanche les jambes ont du travail à accomplir pour avaler les kilomètres.

Une sortie le samedi et le dimanche suivant, continuent de formater ce corps, au pédalage continu, mais il fera froid sans doute, il fera pluie peut-être, il fera nuit c’est sur.

Dimanche 23  janvier 2011 :  « Demain dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, je partirai….! »  avais-je pensé depuis que ce rendez-vous des Crf avait été fixé à Figeac pour ce 23 janvier. Préparant cette flèche pascale à venir ce serait un excellent exercice à rouler à la pointe du jour, dans un froid glacial – les kms et le sommeil en moins. Avec –8° au thermométre, tous feux allumé comme un sapin de Noël, me voilà dans la descente de Gluges. Habillé de la pointe du crâne à la pointe des orteils, seul le nez dépasse, pour tenir les lunettes. A Montvalent le compteur à déclaré forfait sous le froid mordant. Jusqu’à Gramat le corps bien au chaud résiste. Plus tard, sur le causse central entre Reilhac et Espédaillac, entre -10 et -12°c ,le froid finit par gagner les doigts des mains malgré deux paires de gants. Le soleil à fait son apparition mais ses rayons n’ont aucun effet. A Grèzes, j’appelle mes courageux compagnons qui eux sont partis de Figeac, à l’assaut du causse. A peine dix minutes après mon arrivée, voilà mes trois amis emballés comme des touaregs en plein désert. Il y a là Suzanne, Guy et Michel, fidèles, et frigorifiés. Après avoir ingurgité deux barres congelé, la boisson est inaccessible, car gelée dans le bidon. Il est près de 11 heures et la température est de –2°c. La descente vers Brengues ne nous réchauffe pas plus que la vallée du Célé, pourtant ensoleillée. Alors que mes compagnons ont rejoint la Combe Dorée, j’arrive chez les amis Bergé vers 12h. Quelque peu rafraîchi, mais j’ai bien supporté la sortie, une bonne augure…..

Ainsi passent les samedis et les dimanches, le plus souvent avec une météo clémente, jusqu’au brevet de 100 km de Cahors où nous finissons trempé. Plus tard en mars, j’irai à Luzech pour faire l’ouverture du Codep, puis à Gourdon le cent bornes avec en plus l’aller et retour Martel, près de 180km.

Le 26 mars c’est le 200 km à Cahors avec mes futurs compagnons de route. L’équipe est en préparation studieuse tout au long des 200 kilomètres jalonnés de bosses, ou plutôt de « bougnes »comme l’a dit Philippe le capitaine de route.

Il y aura quelques séquelles, et une belle tendinite au genou droit redonne un doute à ce projet qui semblait en bonne voie. Un remède de vétérinaire aura raison de ce mal terrible en trois ou quatre séances plutôt douloureuses que les sportifs de haut niveau doivent connaître. Douloureux, mais diablement efficace.

Arrive ce vendredi 23 avril. Si la météo importa peu ces dernières semaines, elle avait depuis 24 heures retenues toutes les attentions de cette fière équipe regroupée à l’Union (31) pour le départ de l’aventure. Car l’aventure c’en était une pour Annie et moi, les nouveaux venus à cette discipline d’endurance. Le reste de l’équipe, Philippe, capitaine chevronné, Nicole rompue à l’exercice et Dominique récidiviste de l’année précédente.

Déjeuner sympa et détendu chez Philippe et Nicole qui m’accueille avec Annie. Peu avant midi départ vers le parking où est fixé le rendez-vous avec Dominique le cinquième, et Jean le photographe. Il mesure l’anxiété au volume des bagages embarqués ; je dois pas être mal ! Puis c’est le départ. Le vent souffle fort et ce sera pour toute l’après-midi. Il est midi lorsque le groupe s’élance, presqu’aussitôt stoppé par la chute d’un arbre en travers de la route. Le rythme est donné par Philippe, 20 km/h avec un vent violent de trois quart ; ce n’est pas facile à tenir. Chacun essaie de s’abriter de celui qui le précède. Ce n’est pas très efficace. Rabastens, Gaillac, Albi sont traversé sans encombre sous la direction de notre capitaine de route. Les trois hommes se relayent sans faille pour garder le rythme. Après Albi, dans la vallée du Tarn nous espérons être un peu plus à l’abri. Ambialet, première pose, premier contrôle, premier ravitaillement ; il est un peu plus de 17h. Nous avons à peine dix minutes de retard. Le vent est moins sensible dans la vallée.

 

 

F2.jpg

 

 Premier obstacle

 

Nous repartons et peu après Brousse le Château commence les premiers essais d’éclairage dans les tunnels successifs. Tout va bien. La vallée du Dourdou nous conduit sans encombre vers St Afrique, deuxième contrôle où nous retrouvons à table un groupe de cyclos partis pour faire une Trace Vélocio demain. Echange sympa avant le tombée de la nuit, dans la vallée de la Sorgue. Il fait nuit lorsque nous faisons halte chez la maman de Nicole à Versols, vers 22h. Merci pour cette pause et ses encouragements. Le vent à faibli, les organismes ont été mise à mal durant l’après-midi. Le repas efficace reconstitue nos forces. Nous allons maintenant entrer dans la nuit et les difficultés.

Cela ne tarde pas. A peine 10 kilomètres de parcourus et c’est la montée de Cornus. Je ferme la marche. Fatigue ou excès de prudence, sans doute les deux ; je suis les feux rouges de Nicole à distance. Petite pause rapide et bienfaitrice à Cornus. La nuit est noire, le vent tombé…on annonce de la pluie pour la nuit ! Au Caylar les fêtards nous saluent. Chacun s’est rhabillé pour la nuit. Les bavardages sont interrompus. Le groupe semble comme en sommeil, mais avance, efficace. Les réfléchissants de nos équipements reflètent nos éclairages ; fiables et bien voyants. Un peu avant St Pierre de la Fage, la pluie annoncée arrive, pas trop violente quand même et pas trop froide ; huit degrés. Un groupe de flêchards Villefranchois nous dépassent dans la bonne humeur. Après une courte pause, voilà que nos flêchards nous dépassent à nouveau victimes d’une erreur de parcours ! Certains ne comptent pas kilomètres ! A St Maurice de Navacelle il faut aborder la rapide descente vers les Gorges de la Vis. La route est mouillée, prudence toute. Je bénéficie pendant quelques kilomètres des phares d’une voiture qui n’ose pas doubler. Enfin la route est plus plate, la pluie à cessé de tomber.

 

F4.jpg

 

Il fait nuit, il fait pluie à St Pierre de la Fage

 

Ganges est endormi, je n’ai pas sommeil, mais je trouve cette nuit un peu longue. La route est facile à cet endroit. Pause à Ganges, il est cinq heures. Dominique et Philippe sont formidables à mener le rythme. Je serais en retrait jusqu’à l’arrivée.

St Hypolite du Fort, coup de fatigue pour Nicole qui laisse un peu de son ravitaillement dans les bas côtés. Pause et inquiétude pour le groupe. Une douleur au genou droit me rappelle qu’il n’y pas si longtemps j’avais une tendinite, mais il ne semble pas s’agir de cela. Annie à mal aux fesses, Philippe mesure la situation, Dominique s’impatiente, en bonne forme !  Un peu plus loin sur la route chacun veille aux bobos de ses compagnons, le jour se lève, les arrêts se multiplient, brefs, mais témoignant d’un tournant de l’épreuve, le cap des 300 kilomètres !

A  Moussac, Philippe nous promets un vrai petit déjeuner à Uzès. Dominique le plus en forme malgré une petite tendinite au tendon d’Achille, prend un peu d’avance pour quérir croissants et chocolatines, puis café au lait. A Uzès, le marché s’installe, le soleil est revenu. L’instant est apprécié, un quart d’heure d’arrêt et plus que soixante kilomètres. Il faut repartir, la fatigue se lit sur les visages,  le doute aussi, la réussite au bout peut-être ?

Nous repartons vers Pouzilhac, Tresques, Bagnol-sur-Cèze. Erreur de parcours à la sortie de Bagnol ! Piégé derrière une voie ferrée, chacun guette le passage à niveau qui nous ramènera sur le bon chemin. Il est 11h30, la bonne route retrouvée, la traversée d’Orsan se fait avec le bonheur au bout de la route qui mène à Laudun. 11h45, les cinq amis rentre dans Laudun, déçut de ne pas y trouver de comité d’accueil. Il a été déplacé. Philippe est content d’avoir mené son équipe au bout, nous d’être arrivé. Il est 12h30 lorsque nous prenons notre repas de réussite. La fatigue et la joie se mêle sur les visages. Que c’est beau de réussir une flèche !

 

365 km de voyage, sans jamais s’éloigner de plus de 300m les uns des autres. Des mots justes, pour réconforter. Mais aussi ces moments de doute, vite balayé par le souci des autres ; qu’elle belle équipe nous faisions. Merci Philippe, Nicole, Annie, et Dominique.

 

Michel Ponchet

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 11:04
Dimanche 30 Octobre 2011
couleurs d'automne
Une heure de plus, quoi demander de mieux ! Une heure à flâner sur le vélo. Magique mois d’octobre, 12 °c à 8 heures du matin. Les Crf prévenus la veille sont au rendez-vous. Place du camping à Labastide-Murat, ils sont six : Michel L, Suzanne et Guy, Viviane et Michel, Anthony. Les brocanteurs sont au déballage lorsque nous empruntons la route vers Montfaucon. Les brouillards sont encore au fond des vallées. A Seniergues le soleil fait une timide apparition. C’est vers Ginouillac que ce dernier viendra colorer le feuillage virant du vert au pourpre, en passant par les jaunes et orangés. Le Château de la Poujade est visible seulement en empruntant un chemin de castine. La route offre des panoramas magnifiques. A Ginouillac le château et l’église reçoivent notre visite. Puis il faudra passer par la Croix des femmes mortes, pour rejoindre Soucirac et la vallée du Céou. De ce lieu la vue est à180°. A St Germain-de-Bel-Air, pause croissants. La route communale nous conduit dans un vallon bucolique qui finit bien par monter ! Le Château de Septfons restera caché à notre regard, derrière le feuillage coloré des chênes rabougris. La pente est sévère et réchauffe les cyclos. Montamel est laissé sur notre gauche, tandis que nous empruntons la route qui mène à Gigouzac. L’heure avance et les difficultés réduisent notre vitesse, donc pas de halte chez Régine. La D127 nous conduira sous les frondaisons, et la vallée du Vert, vers Ussel puis Lamothe-Cassel, tout cela en pente douce. Le soleil est plus haut dans le ciel et la température, pousse à ôter quelques habits. La route redescend vers la vallée du Vers. Une crevaison vient rompre le charme de la balade, le temps d‘une réparation collective. La dernière difficulté nous ramène à Labastide-Murat, au terme de 55 km, il est treize heures. Nous aurons ainsi suivi deux ruisseaux, presque jusqu’à leurs sources respectives, le Vert qui prend sa source près du lieu-dit Siran (commune d’Ussel), et le Vers qui lui prend sa source près de Soulomès. Casa Cantine sera notre lieu de repas. Plein soleil et en terrasse, les Crf savourent cet instant où la communion des plaisirs, nous incitent à renouveler dès que possible pareille randonnée. La fin d’une saison est souvent le début d’une autre, faite de plaisirs différentes, mais tout aussi agréables à partager.
Repost 0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 15:08
6-Crête de Contivay
 
Ce sont une quarantaine de Cyclo-touristes qui se sont rendu à Maxou Dimanche 23 Octobre pour honorer la mémoire du fondateur du Comité Départemental de Cyclotourisme du Lot. Venus des clubs de Cahors, Salviac, Montauban, Linac, Bagnac, Duravel et Luzech. Après avoir déposé une fleur sur la tombe de leur précurseur, ils ont renoué avec la tradition cyclotouriste, mêlant convivialité et amitié autour d’une bonne table.
Remerçions ici, la municipalité de Maxou pour avoir mis la salle des fêtes à notre disposition. Au cours du verre de l’amitié, Michel Ponchet adressa quelques mots à l’assistance, pour remémorer les préceptes d’Eugène Negre. Bernard Alzaga président du Comité Départemental et Georges Golses représentant la Ligue des Pyrénées adressèrent leurs amicales salutations à l’assistance.
Cette bienheureuse cérémonie fut précédée d’une randonnée vers les crêtes de Cours et St Pierre Lafeuille, entrecoupé des vallées du Vers et du Lot.
Dans l’après-midi, certains reprirent le chemin du retour à bicyclette, tandis que tous se promettaient de revenir l’année prochaine.
Les Cyclos Randonneurs Flâneurs honorèrent ainsi leurs couleurs, faisant quelques envieux qui ne manqueront de les rejoindre prochainement sur la route et dans l’esprit.
Que tous les participants soient ici remercié de leur participation.
Merci à Alain Dodé pour ses photos
Repost 0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 15:59

Dimanche 16 Octobre 2011 -  Randonnée des Causses du Quercy au départ de Flaujac église.

 

Petit matin frais pour six randonneurs flâneurs, au départ du petit village de Flaujac. Neuf heures, direction Espédaillac, puis la jolie route qui mène vers Marcilhac sur Célé. Nous la laissons sur notre gauche pour revenir vers Blars. Nous laissons les chênes et les cornouillers pour descendre vers le Liauzu et la verte vallée du Célé. Pour peu de temps car dès Cabrerets et un petit ravitaillement, c’est la vallée de la Sagne qui nous accompagne jusqu’à Sabadel-Lauzès. Fin de la route facile; il faut remonter sur le Causse. La montée est somme toute facile jusqu’à St Cernin et la jolie route de crête qui nous ramène à Labastide-Murat par Soulomès. Le temps très beau nous ouvre de larges panoramas. A Labastide-Murat, la pause « pression » à lieu à la Casa Cantine, où l’accueil est plus que sympathique. Les flâneurs piquent-nique au camping du village. Le soleil beigne la route du retour, par Fontanes, Lunegarde, Reilhac et Scelle. Les jolies couleurs d’automne ont accompagné cette randonnée de 87 km, au travers le Parc des Causses du Quercy, avec peu de circulation et un regard particulier sur les petits villages qui le composent. Retour à Flaujac vers 16h près de l’église, après avoir passé la gare au départ du matin et la mairie au retour l’après-midi. Les cyclos sont heureux de leur balade et promettent de se retrouver Dimanche prochain.

 

Le parcours : Flaujac, D40, Espédaillac, D653, D74, D17, D40, Blars, Le Liauzu, Cabrerets, D13, Sabadel Lauzès, D10 St Cernin, Soulomès, Labastide-Murat, D25, Fontanes, D42, Lunegarde, Reilhac, D14, D25, Scelle, VC, Flaujac mairie, Flaujac église.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0